Un espace de communication... Avec " Actualité et Propos de presse" , l’information, l’avis des lecteurs, c’est au quotidien..., la “Lettre” mensuelle...
Accueil du site > ARTICLES DE PRESSE > Septembre 2022> Réforme des retraites : les oppositions vent debout contre un vote d’ici la (...)

Septembre 2022

Réforme des retraites : les oppositions vent debout contre un vote d’ici la fin de l’année

septembre 2022


Du 13/09/2022 dans le Parisien.fr

Emmanuel Macron compte aller très vite sur la réforme des retraites, mais ses opposants l’appellent à « respecter un minimum le dialogue social ».

Ballon d’essai ou véritable ambition ? L’Élysée a fait savoir, lundi, qu’Emmanuel Macron envisageait de fairer voter la réforme des retraites dans le cadre du projet de loi de finances de la sécurité sociale (PLFSS) dès cet automne. La réforme serait ainsi votée avant la fin de l’année et applicable dès l’été prochain, au risque de froisser les oppositions et les syndicats. Les matinales ce mardi en ont été une bonne illustration.

La droite est historiquement en faveur d’une réforme des retraites. Mais sur la forme, cette possible accélération du calendrier coince. « Sur la méthode, le président doit respecter un minimum le dialogue social dans ce pays », a tonné sur France Info le chef du groupe Les Républicains à l’Assemblée nationale, Olivier Marleix, qui « demande au président de la République de respecter les partenaires sociaux ».

La droite est historiquement en faveur d’une réforme des retraites. Mais sur la forme, cette possible accélération du calendrier coince. "Sur la méthode, le président doit respecter un minimum le dialogue social dans le pays", a tonné sur France Info le chef du groupe Les Républicains à l’Assemblée nationale, Olivier Marleix, qui « demande au président de la République de respecter les partenaires sociaux ».

Même tonalité du côté de Marine Le Pen, un peu plus tôt dans la matinée. « Il n’y a absolument aucune urgence à s’attaquer aux retraites, au moment où les Français sont confrontés à des difficultés majeures de pouvoir d’achat », a estimé sur France 2 l’ancienne candidate RN à l’élection présidentielle.

« Opposition totale de notre part »

« Si Emmanuel Macron se sert du budget de la sécurité sociale pour s’attaquer aux retraites, c’est-à-dire contourner en réalité un débat sur ce sujet, il va se trouver confronté à une opposition totale de notre part. Nous défendrons les retraites, qu’il soit prudent dans ces manœuvres de contournement de la démocratie », a-t-elle ensuite taclé.

« Où est l’urgence ? », s’est aussi faussement interrogée sur LCI la députée insoumise Clémentine Autain. Les syndicats, de leurs côtés s’étaient déjà dits opposés à un calendrier aussi rapide. « Ce serait une déclaration de guerre, et la preuve que, CNR (Conseil national de la refondation) ou pas, la vision du dialogue social d’Emmanuel Macron sera la même que lors du quinquennat précédent », tonnait lundi Frédéric Souillot, secrétaire général de Force ouvrière.

Invité de France Info mardi matin, le délégué général de La République en Marche, Stanislas Guérini, a promis que la réforme des retraites serait « menée avec les partenaires sociaux » par le ministre du Travail, Olivier Dussopt. Mais « le cap est extrêmement clair : nous allons devoir travailler plus longtemps ».

à suivre dans Le Parisien

Retour
Contact / Plan du site / Mentions légales    © P.RO COM - 2012