Un espace de communication... Avec " Actualité et Propos de presse" , l’information, l’avis des lecteurs, c’est au quotidien..., la “Lettre” mensuelle...
Accueil du site > ARTICLES DE PRESSE > Août 2022> Parc éolien en mer d’Oléron : l’État revoit sa copie

Août 2022

Parc éolien en mer d’Oléron : l’État revoit sa copie

août 2022


Du 30/07/2022 de Faien Paillot pour Le Parisien

Face à de vives contestations, le gouvernement vient de confirmer l’implantation de deux parcs éoliens face à l’île d’Oléron mais repousse les zones esquissées en dehors du Parc naturel marin (PNR) de l’estuaire de la Gironde et de la mer des Pertuis.

« Le bilan carbone de l’éolien en mer (…) est faible et justifie la pertinence de cette technologie », affirme le ministère de la Transition énergétique. Dans une décision officiellement publiée ce vendredi 29 juillet, le gouvernement vient de dévoiler les zones désignées pour accueillir « le projet de parcs éoliens en mer au large des côtes en Sud-Atlantique ». Derrière cette appellation : le parc offshore esquissé par l’État face à l’île d’Oléron, en Charente-Maritime.

Après un débat public houleux organisé entre septembre 2021 et février 2022, le gouvernement a finalement décidé de revoir sa copie et a repoussé l’implantation d’un premier parc éolien au-delà du Parc naturel marin (PNR) de l’estuaire de la Gironde et de la mer des Pertuis. Une nouvelle zone de 180 km2 a ainsi été dessinée par l’État « à plus de 35 km des côtes » et accueillera des mâts posés « en grande profondeur » pour une puissance totale de 1000 mégawatts (MW). Un second parc de 1000 MW, jusque-là présenté comme optionnel, a aussi été validé par le gouvernement qui entend l’installer « ultérieurement » dans une zone de 250 km2. La technologie des éoliennes flottantes pourrait ici être privilégiée.

Mise en service « au début des années 2030 »

Ces deux parcs, se félicite le gouvernement, « permettront de produire un volume d’électricité équivalent à la consommation électrique d’un million six cent mille habitants environ, soit plus du double de la population de Charente-Maritime ». Le premier parc fera l’objet d’une « procédure de mise en concurrence » dès 2022 pour une mise en service « au début des années 2030 », précise-t-il en se prévalant d’un « accord général pour agir rapidement contre le changement climatique et pour la souveraineté énergétique, tout en protégeant au mieux l’environnement et la biodiversité ».

à suivre dans Le Parisien

Retour
Contact / Plan du site / Mentions légales    © P.RO COM - 2012