Avec " Actualité et Propos de presse" , l’information, c’est au quotidien..., la “Lettre” est bimensuelle...
Accueil du site > ÉDITORIAL

ÉDITORIAL n° 103

Déjà parus

SMIC : un problème non encore résolu !

Polémique évitée, les difficultés sont devant… (Paolo Garoscio – Economie Matin)

décembre 2017


C’est suite à un rapport annuel d’experts rendu public que la question du SMIC est à nouveau à la Une. Il est comme chacun le sait une des bases de notre modèle social. Le rapport ne fait pas dans le détail. Il recommande à la ministre du travail, Muriel Pénicaud, de désindexer le SMIC et d’éviter tout « coup de pouce » au 1er janvier 2018. La ministre fera dans la nuance voulant éviter la polémique en renonçant au « coup de pouce ».

Dans la réalité, l’histoire du SMIC, anciennement le SMIG, est plus compliquée à expliquer compte tenu de ses conséquences sur les autres salaires et le coût réel du travail. D’abord et avant tout aujourd’hui, c’est de « salaire plancher » dont il s’agit. Paolo Garoscio soulève ce problème qui n’est pas résolu. Chacun fera semblant et prendra son temps (gouvernement, patronat et syndicats) pour tenter d’apporter quelques éléments de réponse.

Mais tout n’est qu’illusion tant et aussi longtemps que l’on n’acceptera pas de comprendre que les « clés » du problème du SMIC, sont l’activité, l’emploi et la formation initiale ou continue des « non » ou des « sous » qualifiés !

Club Espace 21


Newsletter

Avec la courtoisie d’Economie matin


SMIC : polémique évitée mais pas de coup de pouce


Lorsque mardi 5 décembre 2017 un groupe d’experts a, dans un rapport, proposé que le gouvernement mette un terme à la revalorisation annuelle du SMIC, revalorisation automatique, le risque de polémique était important. Si le gouvernement, qui est fortement critiqué pour ses réformes sur le Code du Travail, avait touché au SMIC la contestation sociale aurait pu exploser.

Evolution du salaire minimum net mensuel sur 5 ans : source : ouest-france.fr


Le gouvernement éteint la polémique avant qu’elle ne naisse

Dès que ce rapport a été rendu public les syndicats sont montés au créneau estimant les propositions « réactionnaires ». Selon les experts, en effet, la revalorisation automatique du salaire minimum, qui augmente chaque année au 1er janvier 2017 ne permet pas de lutter efficacement contre la pauvreté. Dans leur rapport ils ont tout simplement estimé nécessaire que le SMIC ne soit plus revalorisé chaque année.

Parmi les critiques de ce système il y a un effet pervers que tous les salariés de France connaissent : la revalorisation des salaires a minima est calquée sur la hausse du SMIC ce qui fait qu’ils augmentent très peu.

Pierre Gattaz (Medef) en discussion à Matignon – source : courrier-picard.fr


Mais le gouvernement a bien senti qu’avant Noël et, surtout, à moins d’un mois de la prochaine revalorisation automatique du SMIC, ce sujet était particulièrement tendu. Un problème qui a été balayé d’un revers de la main mardi 5 décembre 2017 lorsque le gouvernement a déclaré sobrement être « attaché » au système en vigueur en France et à la revalorisation automatique du salaire minimum.

Pas de réforme mais pas de coup de pouce

Si les équipes d’Emmanuel Macron n’ont pas prévu de retoucher le SMIC afin d’éviter une contestation sociale majeure en France (bien que le SMIC ne soit en réalité touché que par un peu plus de 2 millions de salariés), il n’y aura pas non plus de coup de pouce.

Face à ces réformes potentielles, une recomposition du paysage syndical – source : anti-k.org


Pas question de risquer de freiner les embauches espérées grâce aux réformes du Code du Travail en augmentant de manière trop importante le salaire minimum. Le SMIC devrait, augmenter comme d’habitude et atteindre, au 1er janvier 2018, 1 498 euros bruts par mois.

Paolo Garoscio

Cet article a été publié dans Economie Matin


Retour
Contact / Plan du site / Mentions légales    © P.RO COM - 2012