Avec " Actualité et Propos de presse" , l’information, c’est au quotidien..., la “Lettre” est bimensuelle...
Accueil du site > Thèmes > Une autre façon d’entreprendre> La distribution de pouvoirs réservés…

Une autre façon d’entreprendre

La distribution de pouvoirs réservés…

Une pratique politique bien rodée !

septembre 2016


A quelques mois du début de la campagne présidentielle 2017, l’agitation est à son comble. Le gouvernement en place prépare son retrait. Au delà des apparences de continuité, on ne compte plus le nombre important de nominations, parachutages ou autres pantouflages réservés à un petit nombre de privilégiés, politiques ou non. Fin août près de 50 chefs de cabinet ou conseillers, ministériels et élyséens, cherchent à rejoindre des postes plus sûrs dans le public ou dans le privé. Cet usage, très français, n’évolue pas.

Une pratique d’OPA très organisée qui ne date pas d’hier

Très protégés, ces us et coutumes continuent à tenir le haut du pavé. La distribution de pouvoirs réservés par le « politique » n’est pas toujours discrète et trop souvent discutable. Ces opérations, plus ou moins réussies, font souvent la « Une » des journaux et des hebdomadaires.

Ces opérations sont assimilables à l’échelle du pays à de véritables Offres Publiques d’Achat (OPA) pour accéder à des postes à hautes responsabilités. Les « élus » ou les « experts » qui se sont retrouvés en soutien ou dans le gouvernement, vont être replacés aussi bien dans le secteur public que dans le secteur privé.

Ce pouvoir réservé a toujours fait l’objet de nombreuses analyses et critiques. Depuis plus de 20 ans de nombreux ouvrages ont dénoncé avec vigueur, arguments et preuves à l’appui, la main mise de mafias, de cartels, de clans, voire de sectes, sur la machine du pouvoir économique, politique et financier.

Comprendre les données de l’entreprise – source : lentreprise.lexpress.fr


Victime de la lutte des clans, en France, l’atout « Carrière » qui puise ses « élus » au mérite, au sein même de l’entreprise, demeure le point faible de notre système de valeurs et de promotion. Le pantouflage permet d’aller goûter aux « charmes » du privé, sur simple détachement de son corps d’origine, tout en préservant les avantages du statut et la sécurité de l’emploi. Cet artifice est parvenu, chaque année, à faire de nos grandes entreprises privées le plus important refuge de hauts fonctionnaires de l’Etat au bénéfice personnel et exclusif de dizaines de privilégiés !

Conquérir le pouvoir pour le pouvoir

Ces milieux politiques en l’occurrence concourent avec d’autres réseaux « nombreux et discrets » qui n’ont eux aussi de cesse et d’ambition que la conquête du pouvoir pour le pouvoir, souvent sans autre forme d’objectif. Cette addiction partagée et concurrentielle est particulièrement puissante. Elle n’a jamais cessé de s’accroître et est encore plus vigoureuse de nos jours. Les engagements de nos politiques, concernés par ce problème, ne sont que paroles et promesses sans suite. Les « promus » se forgent une sorte de légitimité avec la bénédiction d’un Etat complice. Les bases d’un système entremêlé et complexe sont solides. Elles trouvent leurs fondements depuis des siècles, dans notre culture, notre histoire, notre système éducatif et son mode de sélection.

A la conquête du pouvoir - source : lentreprise.lexpress.fr


Discrètes, voire secrètes, ces communautés soignent leur image de marque, préférant souvent la confiscation occulte d’un pouvoir réel en retrait, à l’illusion d’un pouvoir visible plus éclatant. L’ensemble de ces communautés, issues souvent de mêmes promotions, représente la majeure partie du pouvoir institutionnel en distribuant les postes, les promotions et les récompenses, stratégiques ou non, dans le public comme dans le privé. Ces clans se combattent en interne. Chacun utilise toutes les ficelles et opportunités du moment. La conquête comme la conservation du pouvoir n’a pas de prix.

Lorsque le « filleul » est de qualité et motivé, concerné par l’entreprise, il participe à son développement et son épanouissement. Cela arrive fort heureusement. Il vient d’acquérir un nouvel atout : l’atout « Carrière ». Mais il n’est pas à l’abri d’un départ précipité, inexplicable en termes de bilan économique et social avec les éléments connus.

Comment parvenir à une autre façon d’entreprendre ?

Heureusement, la France peut être fière d’un certain nombre de ses dirigeants quelle que soit leur parcours initial. Hommes ou femmes de qualité, d’expérience, certes souvent bénéficiaires d’atout « Capital », ont construit et bâtit leur entreprise se forgeant ainsi un atout « Carrière » indiscutable. Inversement, certains ou certaines, grâce à leur atout « Carrière », seront en mesure de s’affranchir des autres atouts pour développer leur entreprise.

Dans les faits, ces dirigeants seront-ils capables un jour, grâce à leur personnalité et à leur savoir-faire d’appréhender cette conquête du pouvoir autrement pour enfin parler d’une autre façon d’entreprendre ? On peut l’espérer mais la route sera longue face à cette confiscation permanente du pouvoir avec la complicité de nos politiques…

Jacques Martineau

Retour
Contact / Plan du site / Mentions légales    © P.RO COM - 2012