Avec " Actualité et Propos de presse" , l’information, c’est au quotidien..., la “Lettre” est bimensuelle...
Accueil du site > PROPOS DE PRESSE > Juillet 2016> Pour garder ses entreprises, le Royaume-Uni va baisser l’impôt sur les (...)

Juillet 2016

Pour garder ses entreprises, le Royaume-Uni va baisser l’impôt sur les sociétés

juillet 2016


Du 05/07/2016 par L’Express avec l’AFP

Au Financial Times, le ministre des Finances George Osborne a indiqué vouloir faire passer sous la barre des 15% l’impôt sur les sociétés.

Rassurer les entreprises coûte que coûte après le vote en faveur du Brexit. Dans un entretien accordé au Financial Times dimanche, le ministre britannique des Finances George Osborne a indiqué vouloir faire passer sous la barre des 15% l’impôt sur les sociétés. Un coup de pouce plus important que prévu : en mars dernier, il avait en effet déjà annoncé vouloir baisser l’impôt des sociétés de 20 à 17% en 2020.

Un impôt parmi les plus faibles des grandes puissances

George Osborne a dit vouloir mettre en place une "économie super-compétitive", avec une baisse de plus de 5 points de l’impôt sur les sociétés, actuellement de 20%, ce qui en ferait le plus faible parmi les grandes puissances économiques, rapporte le Financial Times. "Il nous faut rester concentrés sur l’horizon et la route devant nous et tirer parti de la situation donnée", a déclaré le ministre au quotidien économique.

Cette mesure, qui réduirait l’écart avec l’Irlande voisine, où l’impôt sur les sociétés à 12,5% est un important facteur d’attractivité, interviendrait alors que des entreprises envisagent de quitter le Royaume-Uni en raison de l’incertitude pesant sur ses futures relations avec l’Union européenne.Plusieurs sociétés, dont les compagnies aériennes EasyJet et IAG, maison mère de British Airways, ainsi que le réseau londonien d’agences immobilières Foxtons, ont en effet publié des avertissements sur leurs résultats.

à suivre dans L’Express-l’Expansion

Commentaire de CE21 :

Premières retombées du Brexit...

Au départ, tout le monde est dans le doute. c’est ce que Club Espace 21 avait qualifié de "saut dans l’inconnu". Comme à l’habitude, c’est très souvent le "chacun pour soi" qui prédomine...

Les uns comme les autres vont chercher à montrer que tout ceci est sans conséquences réelles. Ce serait le cas pour la France et sa timide mais réelle reprise de croissance ? Pourquoi pas ?

Il n’empêche que les milieux financiers qui pouvaient se permettre de spéculer à l’abri sont en alerte. La City a un coup de froid dans le doute et l’incertitude. La BCE se doit d’être attentive.

Club Espace 21

Retour
Contact / Plan du site / Mentions légales    © P.RO COM - 2012