Avec " Actualité et Propos de presse" , l’information, c’est au quotidien..., la “Lettre” est bimensuelle...
Accueil du site > ÉDITORIAL> La distribution des notes de la zone euro

ÉDITORIAL

La distribution des notes de la zone euro

août 2012


Moody’s a dégradé à la mi-juillet la note de l’Italie de deux crans. Celle-ci passe de A3 à Baa2, avec des perspectives économiques négatives. L’agence de notation considère dans son communiqué que l’Italie risque de connaître une hausse brutale de ses coûts de financement liée à la situation de la Grèce et de l’Espagne, la mettant en difficulté sur les marchés. Même l’Allemagne est dans le collimateur, tout comme les Pays-Bas et le Luxembourg. La note AAA de tous ces pays est menacée par l’agence Moody’s...

Le risque d’une sortie de la Grèce de l’euro augmente et le système bancaire espagnol aurait à supporter plus de pertes que prévues. Les 100 Md€ accordés par Bruxelles pour combler le déficit des banques ibériques n’empêchent pas le taux d’emprunt public à 10 ans de dépasser désormais les 7% !

Pour l’Italie, la note Baa2 de Moody’s correspond à un BBB chez Standard & Poor’s et Fitch Ratings. Ces deux agences attribuent à l’Italie, respectivement un BBB+ et un A-, chacune avec perspective négative. D’après l’agence Moody’s, l’Italie aurait une croissance faible, entraînant un taux de chômage encore plus élevé. L’Italie est entrée officiellement en récession en 2011 et s’y est enfoncée au premier trimestre 2012 avec un recul de son PIB de 0,8%. La succession de plans d’austérité depuis 2010 pour rassurer les marchés a en effet fortement plombé la dynamique de croissance du pays qui pourrait atteindre 2% cette année. À peine quelques jours après avoir abaissé la note de la dette italienne, Moody’s frappe à nouveau l’Italie en dégradant les notes de 13 banques transalpines.

Source : Reuters

 
Mario Monti, le Premier ministre italien, a envisagé d’avoir recours prochainement aux fonds de secours de la zone euro pour faire face à la flambée de ses taux d’emprunt, qui peuvent grimper jusqu’à 6%. Cependant selon Moody’s, un recours au Fonds européen de stabilité (FESF) ou au Mécanisme européen de stabilité (MESF) n’aurait toutefois qu’une utilité limitée.

L’abaissement de la note de l’Italie par Moody’s ne peut que contrarier le gouvernement italien et les milieux financiers. Mais il faut rester attentif et vigilant car les dernières décisions des agences de notation n’ont apparemment pas pesé plus que cela sur les nations récemment concernées par ces dégradations comme l’Irlande, le Portugal, la Grèce et l’Espagne.

Le plus inquiétant pour la zone euro demeure les perspectives économiques à court terme, avec un taux de croissance quasi atone et un taux de chômage plus élevé, qui laisse présager un risque d’échec vis-à-vis des objectifs de désendettement…

Club Espace 21

Retour
Contact / Plan du site / Mentions légales    © P.RO COM - 2012