Avec " Actualité et Propos de presse" , l’information, c’est au quotidien..., la “Lettre” est bimensuelle...
Accueil du site > ÉDITORIAL> Euro 2016 : l’image « perçue » de la France se détériore

ÉDITORIAL

Euro 2016 : l’image « perçue » de la France se détériore

Un contexte général « lourd » difficile à maîtriser…

juin 2016


C’est la France qui héberge cette année, le Championnat d’Europe de Football des Nations du 10 juin au 10 juillet. Comme pour tout pays organisateur, le défi est toujours de taille, tant au plan sportif qu’économique. Vu de l’international et pour les visiteurs, c’est l’image « perçue » de la France qui est en question. Ce défi est un véritable enjeu qu’il appartient de satisfaire sur fond de grèves et de manifestations, le tout en état d’alerte !

L’enjeu économique de l’Euro 2016 sera-t-il atteint ?


Des études avaient été faites pour évaluer l’impact économique de l’organisation de l’Euro 2016. L’estimation la plus avancée du CDES (Centre de Droit et d’Economie du Sport) a été réalisée en 2014. On parle de 1,2 milliard d’euros pour la France, uniquement grâce aux apports de visiteurs étrangers. Les retours fiscaux de ces mêmes acteurs en recettes directes liés à la billetterie et aux dépenses s’élèveraient à 180 millions d’euros. L’impact sur l’économie française et sur le PIB pourrait être dans le meilleur des cas de l’ordre de 0,2%.

Le Stade de France à l’heure de l’Euro 2016 – source : euro-2016-france.net


Qu’en sera-t-il avec ce contexte général lourd et à haut risque défavorable ? Au plan touristique, déjà nos indicateurs ne sont pas absolument au « vert ». Il est vrai que les étrangers qui avaient projeté de venir en France à cette occasion, peuvent se trouver à hésiter à concrétiser leur souhait, voire à remettre en question leur déplacement ou à le raccourcir. Une analyse sur le sujet vient d’être communiquée par l’OCDE qui l’a rendue publique. Ce rapport prenant en compte tous les évènements, attentats et état d’urgence, insiste sur la prudence dont il va falloir faire preuve au plan économique.

Un contexte général lourd et à haut risque


Compte-tenu de ce climat lourd et à haut risque, l’Euro 2016 part avec un handicap sérieux. En ce début de championnat, il est vrai que la France n’est pas particulièrement gâtée.

Etat d’urgence et risque terroriste toujours présents


Tandis que la France est présente dans l’action en Afrique et au Moyen-Orient, le risque terroriste est toujours présent sur le territoire national. L’afflux de migrants et de réfugiés continue de progresser par la voie du sud, en particulier en provenance de la Lybie. Quant au nombre de victimes, il ne cesse d’augmenter en Méditerranée. La France elle-même est en état d’urgence depuis les attentats de novembre dernier et la menace terroriste demeure permanente.

L’arrivée de l’Euro 2016 est une mise garde sérieuse qui nécessite des conditions de sécurité pour le public en général et les spectateurs des stades et des « fans zones » en particulier. A cela, il ne faut pas omettre les conditions exceptionnelles de maintien de l’ordre avec l’apparition des « hooligans » et des « commandos » russes autour des rencontres à risques.

Loi « travail », 49-3, manifestations, casses et grèves multiples


A cela vient s’ajouter un climat social très lourd. La loi Travail et le 49-3 dérangent. Partis politiques, majorité et opposition, offrent un triste spectacle de désolation. Ces divers refus et hésitations à l’Assemblée ont été accompagnés de nombreuses manifestations locales et nationales qui perdurent. Elles sont encadrées principalement par les syndicats opposés, CGT, FO, Sud, etc., avec un amalgame de revendications tous azimuts et l’apparitions régulières de casseurs. Après la mobilisation générale nationale du 14 juin, deux autres rendez-vous sont prévus pour les 23 et 28 juin ! La violence reste à l’ordre du jour !

A propos de la loi « travail » : un lourd conflit sous ses divers aspects – source : CE21


L’ensemble s’est vu complété par de nombreuses grèves nuisibles pour l’économie du pays. Les experts estiment le coût à plus de 30 millions d’euros par jour. Ces blocages de l’économie se sont développées dans l’approvisionnement en carburants, dans les transports, et, dans d’autres secteurs occasionnels. La situation n’a cessé de se détériorer, en témoigne la grève du rail et les arrêts dans les raffineries. Les négociations en cours et les ajustements proposés ponctuellement par le gouvernement aux divers interlocuteurs, ne touchent pas le « cœur » des grévistes les plus déterminés et ne suffisent pas à ralentir les mouvements. Après les éboueurs, l’aérien est entré dans le bal, peut-être bientôt le maritime. Et puis qui encore ?

Des intempéries exceptionnelles inattendues


De récentes mais exceptionnelles intempéries météorologiques viennent de toucher les Français, entraînant d’importants dégâts liés aux inondations. Des violents orages et des crues insolites se poursuivent encore dans l’ensemble du Nord, de l’Est et du Centre de la France après ceux et celles de la région parisienne et de la vallée de la Seine.

6,10 m au Zouave du pont de l’Alma – source : Le Monde


La remise en état, aussi bien pour les particuliers que pour les sociétés, prendra du temps. Le moral est affecté. Les premières estimations des assurances se situent autour de 2 milliards d’euros et plus en termes de coûts.

En conclusion


Face à une image sociale déplorable, comme pays « hôte », pendant cette période du 10 juin au 10 juillet prochain, la France se devra à la fois de trouver le chemin de la performance sportive dans cette compétition et d’assurer la sécurité publique dans la meilleure ambiance, autour et dans les stades, comme sur le territoire national. La performance à atteindre est à haut risque compte tenu du contexte complexe difficile à maîtriser dans lequel cette compétition sportive d’exception va se dérouler.

Quant à l’équipe de France, souhaitons-lui bonne chance pour ce Championnat d’Europe à domicile !

Jacques Martineau

Retour
Contact / Plan du site / Mentions légales    © P.RO COM - 2012