Avec " Actualité et Propos de presse" , l’information, c’est au quotidien..., la “Lettre” est bimensuelle...
Accueil du site > PROPOS DE PRESSE > Décembre 2015> France : la dette publique a diminué de 2,2 milliards d’euros au troisième (...)

Décembre 2015

France : la dette publique a diminué de 2,2 milliards d’euros au troisième trimestre, selon l’Insee

décembre 2015


Du 23/12/15 par Claude FOUQUET (Les Echos)

Selon l’Insee, la dette publique de la France atteignait 2.103,2 milliards d’euros au troisième trimestre. Elle représentait 96,9 % du PIB contre 97,6 % au trimestre précédent.

C’est un tout petit cadeau de Noël que vient d’offrir l’Insee au gouvernement. Selon les chiffres publiés ce mercredi par l’Insee en effet, la dette publique de la France a légèrement diminué au troisième trimestre. Mesurée selon les critères de Maastricht, elle s’est en effet établie à 2.103,2 milliards d’euros et pesé pour 96,9% du PIB, contre 97,6% à la fin du deuxième trimestre. Pour autant, la médaille a son revers et le ratio de la dette à la fin du troisième trimestre reste encore supérieur à l’objectif affiché par le gouvernement français pour 2015 (96,3%).

Comparée à la fin du deuxième trimestre, la dette a diminué de 2,2 milliards d’euros, a précisé l’Insee dans un communiqué. La contribution de l’Etat à la dette a décru de 1,1 milliard d’euros sur la période. Selon l’Insee, "cette baisse provient pour l’essentiel de la dette négociable à court terme", qui s’est établie en recul de 2 milliards d’euros. Au troisième trimestre, la contribution à la dette des administrations publiques locales (Apul) a également diminué, de 1,6 milliard d’euros.

Hausse de la dette des administrations de sécurité sociale

En revanche, celle des administrations de sécurité sociale a augmenté faiblement, de 500 millions d’euros, surtout du fait de l’Unedic (+1,1 milliard), de la Cnaf (+900 millions) et de l’Acoss (+800 millions).

L’Insee note que "les encours de titres de créances à long terme et de prêts à court et long terme restent stables", tout comme la contribution des organismes divers d’administration centrale (Odac).

Par ailleurs la dette publique nette, qui tient compte de la trésorerie présente dans les caisses des administrations publiques, a enregistré une baisse plus faible sur le trimestre, de 1,4 milliard d’euros.Elle s’établit à 1.894,3 milliards d’euros, soit 87,3% du PIB (contre 87,9% au trimestre précédent).

Selon Bercy, après avoir explosé à partir de 2007, la dette publique de la France doit se stabiliser en 2016 avant de refluer en 2017, sans atteindre le seuil symbolique de 100%.

A suivre dans Les Echos

Commentaire CE21 :

Remettons les pendules à l’heure...

Toujours dans les Echos, Ingrid FUERSTEIN, journaliste, n’hésite pas dès le lendemain, à remettre les "pendules à l’heure". Oui la France est toujours malade de sa dette, publique pour être plus précis. N’oublions pas que ces dépenses annuelles représentent aujourd’hui plus de 57% du PIB. Ce pourcentage était de l’ordre de 52% en 2005 !

En termes de % de PIB pour ce qui concerne la dette, l’Italie dépasse les 130%, l’Espagne et la France son au côte à côte, tandis que le Royaume uni voisine les 90%. L’Allemagne affiche un déficit de 72%. Ce qui est notable, c’est que ce déficit de la France à presque doublé en valeur absolue depuis 2005 !

Club Espace 21

Retour
Contact / Plan du site / Mentions légales    © P.RO COM - 2012