Avec " Actualité et Propos de presse" , l’information, c’est au quotidien..., la “Lettre” est bimensuelle...
Accueil du site > ÉDITORIAL> La COP21, de quoi s’agit-il ?

ÉDITORIAL

La COP21, de quoi s’agit-il ?

Un traité et des engagements sur fond de lutte contre le terrorisme !

novembre 2015


Depuis le début de l’année les « dés » sont lancés. La France a la responsabilité d’organiser la 21ème conférence des Nations unies sur les changements climatiques. La COP 21 est la conférence des Etats Parties qui axé sur les enjeux climatiques. Elle se tient sous l’égide des Nations Unis dans le cadre de La Convention Cadre des Nations Unies sur le Changement Climatique (CCNUCC) qu’ont signé les 196 Parties, Qui sont ces Parties : Ce sont les 195 états signataires de la Convention plus l’Union Européenne qui a reçu un mandat de négociation de ses 28 états membres. Elle s’accompagne d’un engagement ferme de tous dans l’action avec un apport financier de 100 Md$ par an…

Source : Le Point


Cette année, le contexte du déroulement de cette conférence, est emprunt de crise, liée au conflit de guerre en Syrie et en Irak, et aux récents attentats en France. La sécurité est la priorité majeure avec plus de 8000 policiers et gendarmes aux frontières et 2800 sur le site du Bourget.

Rappels historiques pour mieux comprendre

La première conférence sur le climat remonte à 1979 à Genève. Il faut attendre 1990 pour qu’un rapport d’experts attire l’attention sur l’influence de l’activité humaine sur le dérèglement climatique. Il servira de base à l’élaboration d’une Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques. Celle-ci sera adoptée à Rio de Janeiro au Brésil en 1992. Elle entre en vigueur en 1994.

Source : Expédition "Arctique"


Il faut attendre la conférence de Kyoto (Japon) en 1997 et la signature d’un protocole pour fixer des engagements chiffrés en terme de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Ce protocole est entré en cours en 2005. Il s’appliquait pour la période 2008-12. Une vision à plus long terme s’imposait (conférence de Bali en 2007). Copenhague ne permettra pas d’adopter un nouvel accord mais de confirmer les données. C’est à Cancun (Mexique) en 2010 permet d’adopter un objectif chiffré en-deçà des 2° C.

Successivement, en 2011 à Durban (Afrique du Sud), en 2012 à Doha (Qatar), en 2013 à Varsovie (Pologne), en 2014 à Lima (Pérou), un ensemble de conférences vont permettre de progresser, en tentant de rassembler un plus grand nombre de « parties » pour agir dans le sens d’une plus grande mobilisation pour limiter le réchauffement climatique.

La situation climatique planétaire

En Europe, la décennie 2002-2011 a été la plus chaude depuis que l’on dispose de données météo (températures moyenne du sol dépassant de 1,3 °C la moyenne de la période « préindustrielle » et qui pourraient après 2050 dépasser de 2,5 à 4 °C la moyenne des années 1961-1990). Si la forte diminution des glaces en Arctique est spectaculaire, les mesures par satellites d’évaluation du domaine glaciaire dans l’Antarctique ne montrent pas les mêmes changements.

Source : Expédition Wikipédia


Les conséquences de ce réchauffement climatique sont générales. Les mers et océans sont touchés. Les effets géophysiques et sismiques ne sont pas négligeables avec des manifestations spectaculaires (cyclones, inondations, pics et vagues de chaleur, périodes de sécheresses, pollution, etc.). L’augmentation de température aura aussi des effets importants sur la faune, la flore et la biodiversité. On peut s’attendre à la disparition et à l’extinction d’espèces.

Au-delà des problèmes climatiques, la pollution planétaire (air, eau et déchets) est un lourd enjeu. Partout le problème s’affirme. Les pays émergents sont à la Une comme le Brésil, la Chine et l’Inde.

Aujourd’hui, la contribution au réchauffement climatique par les émissions de CO2 se répartit de la façon suivante en tonne par habitant : 16 aux Etats-Unis ; 7 dans l’UE ; 7 en Chine et 5 en Russie pour ne citer que ces pays. Parmi les plus importantes émissions : le pétrole en représente 41%, le charbon 32% et le gaz naturel 26%.

Source : Université of East Anglia


Si l’augmentation de température atteignait les 4°C, tous les Organismes et Instituts de recherche mondiaux sur le climat sont formels. Ils s’accordent pour affirmer que plus de 250 millions d’habitants de la planète seraient déplacés avant la fin du siècle.

Que peut-on attendre de la conférence du Bourget ?

La rencontre aura lieu au Bourget du 30 novembre au 11 décembre 2015. Elle rassemblera 195 pays. Près de 150 chefs d’Etat ou de gouvernement, accompagnés de leurs délégations, seront présents dans la Capitale. Les premiers seront là essentiellement pour confirmer l’ouverture de cette conférence.

L’organisation de la conférence sur place se répartira en trois zones. L’une est appelée zone « Visiteurs », 30 à 40.000 attendus, l’autre est une zone ouverte « Industriels ». La troisième zone, sous la responsabilité organisationnelle et sécuritaire de l’ONU, est qualifiée de zone « Bleue » (plus de 10.000 négociateurs). Elle est réservée aux travaux des délégués, ainsi qu’aux rencontres entre chefs d’Etat, de gouvernement et par la suite à leurs représentants pour les discussions et l’élaboration des accords autour d’un rapport provisoire.

Source : diplomatie.gouv.fr


C’est une conférence très importante cette année puisqu’elle est sensée aboutir cette année à la signature d’un accord sur le climat avec un objectif en terme de réchauffement inférieur à 2° C, seuil qui semble déjà difficile à assumer…

Une pré-COP21, rassemblant plus de 60 ministres des affaires étrangères ou de l’environnement, a eu lieu à Paris, sous la houlette de Laurent Fabius qui présidera la Conférence, pour continuer à préparer les résolutions qui seront présentées à la rencontre du Bourget. Au-delà, des responsables européens habituels, ccette année sont attendus les plus grands chefs d’Etat de la planète, parmi eux, Barack Obama (Etats-Unis), Vladimir Poutine (Russie), Xi Jinping (Chine) et Narendra Modi (Inde).

Un des enjeux de l’accord de Paris sera la mise en place d’un mécanisme de révision périodique, tous les cinq ans, en relevant l’ambition de chaque pays et essayant d’améliorer progressivement la trajectoire collective.

Et si John Kerry semait le doute ?

Depuis quelques jours, le doute s’installe. En effet, le secrétaire d’Etat américain, John Kerry, peu confiant sur l’approbation de son Congrès, s’est prononcé à Londres dans le « Financial Times » pour une conférence sans résultat contraignant pour les pays. Si la Chine est prête à faire un effort, Australie, Canada, Etats-Unis, Inde, Qatar, Arabie saoudite, pour ne citer qu’eux, ont de sérieux doutes en ce qui concerne un engagement contraignant. Autrement dit, une rencontre à ce niveau pour rien. Le président François Hollande n’est pas de cet avis. Qu’en sera-t-il ? A noter qu’aucun traité ne peut être adopté sans l’unanimité des 195 participants + l’Union européenne. Tout au plus, des clauses de réactualisations potentielles pourraient être acceptées pour permettre de ne pas bloquer les conclusions de la conférence. Le point de vue du président B. Obama est plus nuancé, mais entretient toujours un doute.

Les milliardaires sont de la partie. Bill Gates s’est engagé pour une contribution annuelle de 2 Md$ ! Il n’est pas le seul. Xavier Niel s’y est associé, ainsi qu’un ensemble de 10 milliardaires pour un montant de 26 Md$. Mark Zukenberg de son côté fait don de 99% de sa fortune à une fondation qu’il crée avec son épouse Priscilla Chan !

Altermondialistes et "no border" au rendez-vous

Comment vont réagir les pouvoirs publics et les forces de sécurité après la déclaration de l’état d’urgence face aux manifestants pendant la conférence COP 21 ? De nombreux altermondialistes avaient prévu d’être présents à Paris pour manifester et venir perturber le déroulement de la conférence. Des contrôles aux frontières avaient été mis en place. Ils ont été renforcés depuis les attentats. Mais une partie des contestataires professionnels sont déjà arrivés sur le territoire, en particulier à Calais. Appelés les « no border », ils vont contribuer au côté des altermondialistes à entretenir en permanence le trouble et en causant bagarres et dégâts.

Source : Le Figaro.fr


Manifestations interdites, ils occupent le « pavé », partagés entre démonstrations pacifiques et rapports de force avec les représentants du maintien de l’ordre. Beaucoup de ces manifestants sont multinationaux et proviennent du monde entier. Les premiers heurts ont débuté, ce dimanche 29 novembre après-midi, place de la République à Paris. 341 interpellations, 317 ont été placés en garde à vue ! Ce n’est qu’un début ?

Débats, interventions, conclusions et autres manifestations sont à suivre avec attention. Les coulisses de la COP 21 seront réservées à des rencontres en aparté à propos du conflit en cours en Syrie et en Irak, et à ses dégâts collatéraux...

Club Espace 21

Retour
Contact / Plan du site / Mentions légales    © P.RO COM - 2012