Avec " Actualité et Propos de presse" , l’information, c’est au quotidien..., la “Lettre” est bimensuelle...
Accueil du site > PROPOS DE PRESSE > Août 2015> Chine : Shanghai perd 8 % et entraîne les Bourses européennes

Août 2015

Chine : Shanghai perd 8 % et entraîne les Bourses européennes

août 2015


du 24/08/2015 avec l’AFP (Le Point)

L’indice shanghaïen a désormais effacé tous les gains enregistrés depuis le début de l’année, tombant sous son niveau du 31 décembre 2014.

Les Bourses asiatiques, suivies par les places européennes, ont décroché de concert lundi, prolongeant la débâcle des marchés mondiaux, toujours inquiets sur la santé de l’économie chinoise. En tête, Shanghai (- 8,49 %) a enregistré sa plus forte chute en huit ans. Alors que les Bourses mondiales avaient dévissé la semaine dernière dans un climat d’angoisse générale, les Bourses européennes ont piqué du nez lundi dès l’ouverture, emboîtant le pas à leurs consoeurs asiatiques. Paris a ouvert sur une chute de 3,57 % tandis que Londres abandonnait plus de 2,50 % et Francfort 3,15 %.

Plus tôt en Asie, incapables de se remettre des lourdes pertes de la semaine précédente, les places boursières avaient repris de plus belle leur dégringolade. L’indice Nikkei de la Bourse de Tokyo a terminé la journée en baisse de 4,61 %, à un plus bas niveau en six mois. À Shanghai, l’indice composite shanghaïen a clôturé en baisse de 8,49%, sa plus forte baisse journalière depuis février 2007. Il a désormais effacé tous les gains enregistrés depuis le début de l’année, tombant sous son niveau du 31 décembre 2014.

La Bourse de Tokyo victime de la contagion

La contagion a atteint la Bourse de Taïwan, qui a dévissé en séance de presque 7,5 %, du jamais-vu. Elle a clôturé en baisse de 4,84 %. Sydney a trébuché de 4,09 %, tombant à un plus bas niveau en deux ans, et Séoul de 2,47 %. Les matières premières n’étaient pas épargnées : les cours du brut se repliaient, évoluant sous 40 dollars le baril à des niveaux inédits depuis six ans. Rien ne semblait apaiser le regain d’inquiétude des investisseurs sur la conjoncture mondiale dans son ensemble, à l’orée d’une semaine riche en publications de statistiques aux États-Unis et en Europe.

Mais la Chine dominait toujours les préoccupations alors que s’enchaînent les indicateurs décevants attestant de l’essoufflement de la deuxième économie mondiale. "Nous avons tous les ingrédients pour assister sur les marchés mondiaux à la pire journée depuis cinq ans", avait commenté Evan Lucas, du courtier IG Markets, en début d’échanges asiatiques. "Les réactions des marchés asiatiques reflètent la conviction des investisseurs qu’un atterrissage brutal (de l’économie chinoise) est inévitable", a-t-il ajouté.

Shanghai perd 11,5 % en une semaine

Ce nouveau reflux prononcé des Bourses d’Asie faisait suite à une chute de plus de 3 % du Dow Jones vendredi à Wall Street, à son plus bas niveau de l’année. Un indicateur manufacturier de référence publié vendredi en Chine avait alimenté la fébrilité des marchés mondiaux : il s’est établi à son plus bas niveau depuis plus de six ans, signalant une violente contraction de l’activité manufacturière chinoise en août. Dans la foulée, la Bourse de Shanghai avait accentué ses pertes. Elle s’est effondrée de 11,5 % sur l’ensemble de la semaine dernière.

La dévaluation-surprise du yuan le 11 août - perçue comme un effort désespéré des autorités chinoises pour relancer ses exportations et l’activité économique - n’a fait qu’aviver l’inquiétude générale, provoquant une onde de choc sur les marchés financiers. Soucieux de rassurer, Pékin a certes annoncé dimanche que le gigantesque fonds de pension chinois allait être autorisé à investir une partie de ses colossaux actifs dans les Bourses locales. Mais l’annonce n’a pas rassuré les investisseurs chinois (pour la plupart des particuliers et petits porteurs), d’autant que persistent les craintes de "bulle" - de survalorisation des marchés locaux déconnectés de l’économie réelle.

Des secteurs survalorisés

"L’économie chinoise va plutôt très mal, certains secteurs sont survalorisés et les pressions à la vente partout sur les marchés mondiaux contribuent à plomber le moral" des investisseurs, a résumé Wu Kan, gérant du fonds JK Life Insurance, cité par Bloomberg News. Pour enrayer la spectaculaire débâcle des Bourses chinoises, Pékin est fortement intervenu depuis fin juin, des organismes publics réalisant des achats massifs d’actions. Mais, en dépit des assurances du gouvernement, les investisseurs chinois redoutent désormais un retrait prématuré de ces mesures de soutien.

Dans tous les cas, "les interventions des autorités chinoises ne seront pas capables d’interrompre la correction des marchés sur le long terme", a prévenu Ken Chen, analyste de KGI Securities, cité par Bloomberg. De l’avis général, la Bourse de Shanghai apparaît quasi condamnée à s’enfoncer sous 3 000 points. "C’est un vrai désastre et il semble que rien ne puisse l’arrêter", a renchéri Chen Gang, analyste chez Heqitongyi Asset Management, prévenant que de nombreux fonds d’investissement se trouvaient contraints de réduire drastiquement leurs actifs sous peine de faire faillite.

A suivre dans Le Point.fr

Commentaire CE21 :

Les marchés financiers internationaux s’affolent

Devant le ralentissement actuel inévitable de la croissance mondiale, de nombreux investisseurs s’interrogent. En effet, les dévaluations successives du yen entre le 11 et le 14 août ont confirmé le ralentissement de l’économie chinoise que de nombreux économistes avaient pressenti depuis le début de l’année.

Après les soubressauts des devises, la baisse continue du baril de pétrole et la forte chute de Wall Street, la croissance est en cause, sachant que les pays de la BRICS sont tous en difficulté. Les facteurs à l’origine de la baisse de l’activité chinoise sont encore mal définies.

Club Espace 21

Retour
Contact / Plan du site / Mentions légales    © P.RO COM - 2012