Avec " Actualité et Propos de presse" , l’information, c’est au quotidien..., la “Lettre” est bimensuelle...
Accueil du site > PROPOS DE PRESSE > Mai 2015> La croissance revient mais l’emploi attendra

Mai 2015

La croissance revient mais l’emploi attendra

mai 2015


Du 15/05/2015 par Jean-Christophe Chanut (La Tribune)

Même avec une croissance du PIB de 0,6% au premier trimestre, la France a encore perdu 13.500 emplois. Le redressement de l’emploi ne semble pas encore d’actualité.

Certes, il n’est pas question de bouder son plaisir, avec une progression du PIB de 0,6% au premier trimestre, l’économie française connaît une véritable embellie. Il faut remonter au deuxième trimestre 2013 pour trouver une meilleure performance (0,7%). Ce taux de 0,6% est même supérieur aux prévisions de différents instituts économiques qui tablaient plutôt sur 0,4%.

Pourtant, il est bien trop tôt pour crier victoire. C’est essentiellement la consommation qui tire le PIB , pas l’investissement... Du moins pas encore. Or, sans investissements, l’emploi ne suivra pas et l’inversion de la courbe du chômage ne se produira pas. D’ailleurs, dans le même temps où l’Insee annonçait les bons résultats de la croissance au premier trimestre, la Dares (service statistiques du ministère du Travail) publiait ses dernières données montrant que la France a encore perdu 13.500 emplois sur ce même trimestre et les statistiques sur le travail temporaire également restent désespérément mornes, du fait, notamment, de l’effondrement de l’intérim dans le bâtiment.

Le ministre des Finances Michel Sapin en a bien conscience et préfère faire profil bas (...) Extrêmement prudent, le ministre sait également que l’inversion du chômage est liée à la reprise de l’investissement des entreprises "Quand ce sera le cas, on pourra regarder la courbe du chômage, car c’est le moment où on la verra se stabiliser et reculer".

Pas de créations suffisantes d’emplois à court terme

D’ailleurs l’Insee ne dit pas autre chose, selon ses propres statistiques, la France perdrait encore 13.000 emplois marchands au premier semestre mais le solde devrait redevenir positif au second semestre. Souhaitons-le car, sur l’année 2015, la population active devrait s’enrichir de 120.000 personnes. Or, si elles ne trouvent pas un poste, le chômage augmentera automatiquement. Et la partie n’est pas gagnée sachant que, selon les statistiques de l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), il y aurait actuellement un sureffectif d’environ 170.000 salariés dans les entreprises. Ce qui signifie que même en cas de redémarrage des carnets de commandes, les entreprises n’auront pas nécessairement besoin de recruter pour faire face. Il va donc falloir prendre son mal en patience.... Mais dans cet océan de prudence, les prévisions de l’OFCE dénotent.

L’OFCE voit le bout du tunnel pour la fin 2015

Pour cet organisme, la décrue du chômage pourrait se produire dès cette année si un certain nombre de conditions sont réunies : un prix du baril du pétrole stabilisé vers les 60 dollars, un maintien à un niveau faible des taux d’intérêt, quasi parité euro/dollar, etc. Avec ces hypothèses favorables, la France pourrait alors connaître une progression du PIB de 1,4% en 2015 (après 0,4% en 2014) (...) On arriverait alors à un rythme de progression du PIB égal à 2% en glissement annuel. Le second semestre 2015 marquerait alors le tournant de la reprise avec la hausse du taux d’investissement des entreprises et, enfin, le début (très timide) de la décrue du taux de chômage qui s’établirait à 9,8% à la fin de l’année contre 10% fin 2014. L’OFCE estime que 205.000 emplois pourraient être créés cette année, dont 178.000 dans le secteur marchand. Alors qu’en 2014, ce même secteur avait perdu 37.000 postes. In fine, le nombre des demandeurs d’emploi diminuerait de... 54.000.

Pour l’OFCE, 2016 sera la vraie année de la reprise avec une croissance de 2,1%, une hausse de l’investissement productif de 4% et la création de près de 220.000 postes dans le secteur marchand permettant une nouvelle diminution du nombre des chômeurs de 70.000. Le taux de chômage redescendrait alors à 9,5%. Il était de 10% en mai 2012 quand François Hollande est arrivé à l’Elysée. Si l’hypothèse de l’OFCE s’avère exacte, alors François Hollande pourra dire qu’il a tenu son objectif d’inverser la courbe du chômage. Mais on n’en est pas encore là.

A suivre dans La Tribune

Commentaire CE21 :

Un chiffre à confirmer...

Une accélération surprenante de la croissance française à 0,6% ! Nous avions rappelé que la baisse du prix du pétrole, la baisse de l’euro, les taux d’intérêt voisins de zéro voire négatifs seraient des éléments conjoncturels favorables à une meilleure reprise de la croissance. La consommation interieure redémarre. La reprise en bénéficie. C’est fait avec une meilleure performance que l’Allemagne : un satisfecit pour les "fans" du comparatif abusif.

Mais la situation mérite attention. Le commerce extérieur est en retard. L’investissement recule et la construction n’est pas le moteur de cette croissance. En parallèle, n’oublions pas que le Cice et le pacte de responsabilité se mettent en place progressivement, sans réels résultats pour l’instant en termes d’emplois. Sur ce point, nous avons encore des doutes.

Club Espace 21

Retour
Contact / Plan du site / Mentions légales    © P.RO COM - 2012