Avec " Actualité et Propos de presse" , l’information, c’est au quotidien..., la “Lettre” est bimensuelle...
Accueil du site > PROPOS DE PRESSE > Avril 2015> L’OCDE appelle la France à réformer le marché du travail

Avril 2015

L’OCDE appelle la France à réformer le marché du travail

avril 2015


du 03/04/2015 par Cécile Crouzel (Le Figaro.fr)

Contrat de travail unique, charges sociales, réforme des prud’hommes... l’organisation internationale souhaiterait plus d’audace dans les mesures prises par le gouvernement.

Le diagnostic de l’OCDE sur l’économie française est sévère. L’organisation internationale prévoit pour l’Hexagone une hausse du PIB de 1,1 % en 2015. Ce qui est peu pour une phase de reprise. Car selon elle, la croissance française est « structurellement faible ». L’organisation note que, de 1990 à 2014, la richesse par habitant n’a progressé en moyenne que de 0,9 % par an en France. Seule l’Italie a fait pire. « Le problème est du côté de l’offre et non de la demande, analyse Peter Jarrett, chef de division à l’OCDE. Le gouvernement a mis en œuvre des réformes significatives, mais qui sont loin d’être suffisantes. »

Pour l’OCDE, la grande réforme à mener est celle du marché du travail. Car la France souffre à la fois d’un chômage élevé et d’inégalités, avec d’un côté des salariés en CDI très protégés et de l’autre des personnes en contrats précaires. À peine 20 % des salariés en CDD sont en CDI trois ans plus tard. L’OCDE recommande de simplifier et raccourcir les procédures de licenciement. Cela pourrait passer par une véritable réforme des prud’hommes, l’OCDE qualifiant les mesures sur le sujet du projet de loi Macron de « petits pas ». Ou alors par des réflexions autour du contrat de travail unique Autant de sujets explosifs politiquement comme l’ont montré les polémiques des derniers jours. L’OCDE suggère également de réduire encore les charges sociales, de rendre plus efficace la formation professionnelle et de continuer à relever de façon modérée le smic.

Autre grand chantier à mener : la réduction des dépenses publiques. Selon l’OCDE, c’est la seule solution pour diminuer une fiscalité si lourde qu’elle nuit à l’activité et à l’emploi. « Les 50 milliards d’économies programmées d’ici à 2017 par le gouvernement sont un strict minimum. Il faudra plus d’ambition lors du prochain mandat », insiste Peter Jarrett. Qui recommande une baisse ciblée du nombre de fonctionnaires et un meilleur contrôle des dépenses de fonctionnement des collectivités locales. L’OCDE estime aussi que la France devrait mieux maîtriser ses dépenses sociales, les plus élevées des pays développées. D’autant qu’elles sont peu égalitaires : les 30 % les moins riches reçoivent un peu moins de prestations que la moyenne des ménages, et les 30 % les plus riches, un quart de plus que cette moyenne !

Cibler les prestations

Dans le système français de retraite ou d’assurance-chômage, ceux qui ont le plus cotisé - donc les salariés aisés - perçoivent des prestations en conséquence. Quant à la politique familiale, elle était jusqu’à présent peu liée aux revenus. Sans parler de celle de santé. « Il est possible de mieux cibler les dépenses sociales, sans casser l’État-providence », conclut Peter Jarrett.

Reste que les pistes proposées par l’OCDE - baisse de la durée de l’indemnisation du chômage lorsque la croissance reviendra, réduction des spécificités des régimes spéciaux de retraite ou encore fermeture de petits hôpitaux - nécessitent un certain courage politique…

A suivre sur Le Figaro.fr

Commentaire CE21 :

L’OCDE donne son avis. La France est à nouveau épinglée. Les études sont réalisées par l’Organisation à partir de comparaisons statistiques entre pays qui peuvent être discutables. Tous n’ont pas le même modèle social, avantages et contraintes. L’analyse est à prendre avec des "pincettes" sur les points évoqués, malgré un grand nombre de réformes évidentes à réaliser.

Rappelons que cette Organisation de coopération et développement économiques est composée de 34 pays développés qui représentent 80% du PIB mondial. Elle s’appuie sur un modèle "référence" basé exclusivement sur l’économie de marché et du libre-échange difficilement généralisable.

Club Espace 21

Retour
Contact / Plan du site / Mentions légales    © P.RO COM - 2012