Avec " Actualité et Propos de presse" , l’information, c’est au quotidien..., la “Lettre” est bimensuelle...
Accueil du site > PROPOS DE PRESSE > Février 2015> Le coup de force de la BCE contre la Grèce est historique

Février 2015

Le coup de force de la BCE contre la Grèce est historique

février 2015


du 06/02/2015 par Jean-Louis Dell’Oro

La Banque centrale européenne a décidé de couper une partie des vivres aux banques grecques. Cette mesure intervient alors qu’Athènes tente de renégocier sa dette.

La Banque centrale européenne a pris la décision mercredi 4 février de ne plus accepter la dette grecque comme garantie. De fait, elle met le couteau sous la gorge des autorités grecques et européennes pour qu’elles trouvent rapidement un compromis sur la dette hellénique. Challenges.fr vous explique pourquoi.

Qu’a décidé la BCE exactement ?

La Banque centrale européenne a choisi de ne plus accepter comme "collatéral" les obligations souveraines grecques. Jusqu’ici, les banques pouvaient se financer auprès de la BCE et récupérer des liquidités bon marché (avec un taux d’emprunt de seulement 0,05%) en apportant comme garantie de remboursement de la dette publique grecque. En théorie, si l’établissement financier ne parvenait pas à rendre l’argent, la BCE pouvait "se payer" en récupérant l’actif déposé en garantie, ce que les banquiers appellent un "collatéral". Ce n’est plus le cas.

Quelles sont les conséquences pour les banques grecques ?

Les banques grecques ont grosso modo deux moyens pour se refinancer aujourd’hui. Soit elles empruntent de l’argent auprès de la BCE avec comme garantie un collatéral, soit elles peuvent bénéficier, toujours auprès de la BCE, des mécanismes de refinancement d’urgence destinés aux banques à court de liquidités. Dans ce dernier cas, emprunter de l’argent leur coûte plus cher : environ 1,5% (contre 0,05% pour la première option). Une troisième option est possible : se refinancer sur les marchés mais peu d’institutions ont envie de prêter de l’argent aux banques grecques ou alors elles le font à des taux prohibitifs (...)

Face au tollé suscité par sa décision, la BCE a annoncé jeudi 5 février qu’elle était prête à accorder 60 milliards d’euros de prêts d’urgence aux banques en Grèce. Une manière de dire qu’elle ne les laisserait pas tomber si elles sont à court de liquidités (…)

Quel est le but de la BCE ?

"Soit vous continuez les réformes promises, soit vous ne respectez pas vos engagements et vous quittez la zone euro". La décision de la BCE intervient sans préavis (…) La décision de la BCE a donc pour objectif de mettre la pression sur l’un de ses créanciers (…)

Que propose la Grèce sur sa dette ?

La Grèce a fait plusieurs propositions pour alléger le poids de sa dette. Elle souhaite remplacer une partie des emprunts par des obligations perpétuelles. Le pays ne rembourse plus ses dettes à date fixe, comme c’est le cas aujourd’hui. Il n’a plus l’obligation de rembourser le capital emprunté mais doit payer chaque année des intérêts, un peu comme une rente.

La Grèce propose aussi d’indexer une partie de ses obligations sur la croissance. Le taux d’intérêt versé fluctue alors en fonction de la progression du PIB. La Grèce paie dès qu’elle estime en avoir les moyens en quelque sorte. "On retarde le problème éternellement, sauf que le problème devient à chaque fois plus gros", juge Olivier Delamarche. "Ils ne nous rembourseront jamais et nous n’avons pas les moyens de les subventionner", ajoute l’analyste, pour qui la sortie de la Grèce de la zone euro est inéluctable (…)

Pour mieux comprendre les conséquences des décisions de la BCE sur la zone euro, etc., lire l’ensemble de l’article de Jean-Louis Dell’Oro

A suivre sur Challenges

Commentaire CE21 :

Jusqu’à présent les réformes drastiques qui ont été imposées à la Grèce par la « troïka » depuis 2011 n’ont pas été couronnées de succès. Certes l’équilibre budgétaire primaire est atteint, mais à quel prix économique et social ! Sur le fond il n’y a aucun progrès encourageant. Les chiffres concernant le chômage, la dette et la pauvreté sont toujours inquiétants. Comment réagira le gouvernement grec face au Conseil européen et à la BCE ? A suivre…

Club Espace 21

Retour
Contact / Plan du site / Mentions légales    © P.RO COM - 2012