Avec " Actualité et Propos de presse" , l’information, c’est au quotidien..., la “Lettre” est bimensuelle...
Accueil du site > PROPOS DE PRESSE > Janvier 2015> En 2016, les 1% les plus riches détiendront plus de la moitié du patrimoine (...)

Janvier 2015

En 2016, les 1% les plus riches détiendront plus de la moitié du patrimoine mondial

janvier 2015


du 21/01/2015 par Le Figaro.fr

INFOGRAPHIE - Les richesses dans le monde se concentrent de plus en plus aux mains d’une petite élite fortunée, selon Oxfam. L’ONG réclame un sommet mondial sur la fiscalité.

« Les richesses dans le monde se concentrent de plus en plus aux mains d’une petite élite fortunée », indique le dernier rapport de l’ONG Oxfam. Dans cette étude intitulée : « insatiable richesse : toujours plus pour ceux qui possède déjà tout » ’organisation internationale tire la sonnette d’alarme.

En 2016, les 1% les plus riches de la population mondiale posséderont plus de patrimoine que les 99% restants, affirme l’ONG. « La part du patrimoine mondial détenu par les 1% les plus riches est passée de 44% en 2009 à 48% en 2014, et dépassera les 50% en 2016 », précise-t-elle.

Trois grands secteurs sont dans l’œil de l’organisation. « Les riches ont fait fructifier leur fortune grâce aux activités et aux intérêts perçus dans quelques secteurs économiques importants », explique le rapport. Le secteur de l’assurance et de la finance, celui de la santé et le secteur pharmaceutique sont les principaux secteurs à avoir contribué à l’accumulation des richesses des milliardaires.

Des activités de lobbying pour faire fructifier leurs intérêts

« Ce sont des secteurs puissants depuis un moment, note Manon Aubry, responsable de plaidoyer sur les questions de justice sociale et d’inégalités à Oxfam. L’enrichissement de ces quelques secteurs est un phénomène international, ces entreprises ont des intérêts à défendre car elles ont une masse financière importante » (…)

Outre un meilleur encadrement de ces activités, l’ONG souhaite que la lutte contre les inégalités économiques extrêmes figure « comme un des objectifs de l’agenda post-2015 ».

Présente lors du forum économique mondial de Davos, la directrice générale de l’ONG, Winnie Byanyima, appelle les dirigeants du monde entier « à mettre en œuvre des politiques de redistribution de l’argent et du pouvoir de quelques privilégiés au plus grand nombre ». Elle réclame également l’organisation d’un sommet mondial sur la fiscalité pour « réécrire les règles fiscales internationales ».

Les effets positifs sont indiscutables (…) Une dépréciation du taux de change réel de 10 % de l’euro par rapport à un pays partenaire se traduit par 6 % de croissance des exportations en moyenne. Certes, elle renchérirait aussi les prix des biens importés, mais de 2 % à 3 % seulement.

Lire la suite sur Le Figaro.fr

Commentaire CE21 :

Celui que les Etats-Unis ont encensé pour son point de vue sur l’économie, Thomas Piketty est pour une « révolution fiscale ». Pour la France et l’Europe sa position est claire : relance de la croissance par tous les moyens. L’inflation n’est pas un problème, c’est aussi un remède. Au-delà des simples souhaits, il prône une taxe exceptionnelle de 15% sur le capital, puis un impôt très progressif avant de parler d’un impôt de 80% pour les rémunérations au delà de 500.000 $ par an aux Etats-Unis ! Provocantes et utopiques, ses propositions le sont peut-être, mais elles méritent réflexion et analyse au moment du sommet de Davos…

Club Espace 21

Retour
Contact / Plan du site / Mentions légales    © P.RO COM - 2012