Avec " Actualité et Propos de presse" , l’information, c’est au quotidien..., la “Lettre” est bimensuelle...
Accueil du site > PROPOS DE PRESSE > Décembre 2014> Chômage : inversion, faux-plat... la courbe à l’épreuve des mots

Décembre 2014

Chômage : inversion, faux-plat... la courbe à l’épreuve des mots

décembre 2014


du 24/12/2014 par Daniel Hébert

Depuis que François Hollande a formulé sa promesse de campagne, l’exécutif doit adapter sa communication en fonction de la tendance.

Le problème d’une promesse non-tenue, c’est qu’elle reste non-tenue tous les jours. Enfin, pour les chiffres du chômage, tous les mois.

Depuis que François Hollande a promis d’en inverser la courbe, leur publication est devenue un véritable défi de communication pour le gouvernement. Et chaque phase d’évolution de la courbe a donné lieu à un certain type de message politique (…) L’exécutif ne s’est toujours montré si prudent.

Selon ce même baromètre réalisé par OpinionWay en partenariat avec Challenges, ils restent très pessimistes quant au contexte économique national. A 12%, la confiance en l’économie française est proche de son plus bas niveau historique. Il n’a plus jamais franchi la barre des 20% depuis le mois de mai 2014 et pour l’ensemble de l’année, la moyenne dépasse à peine 18% (…)

1 – La promesse : « J’inverserai la courbe »

Au début, c’était plus facile. Il y a d’abord eu la promesse elle-même. François Hollande n’est alors qu’un simple candidat à la présidentielle (…) Promesse qui paraît alors beaucoup plus facile à réaliser que celle de Nicolas Sarkozy. (…) « Nous devons inverser la courbe d’ici un an » (…) Le chômage continue de progresser. Il évoque ensuite un "paquebot lancé à pleine vitesse". Le rétropédalage ne sera pourtant que sémantique.

2 – L’inversion de la promesse

A partir de la fin de l’année 2012, François Hollande gagne du temps. Le 31 décembre, il fixe un nouveau calendrier. Rendez-vous est pris pour fin 2013 pour voir enfin le chômage baisser. D’ici là... En février, le président confirme que le chômage va progresser durant l’année. En mars, sa promesse devient "un objectif". En novembre, c’est "un but". Petites nuances, qui permettent de préparer l’opinion à un éventuel échec (…) Pendant que le gouvernement reconnaît que l’inversion "au chiffre prêt" n’a pas eu lieu, Michel Sapin introduit donc un nouveau mot clé : la "stabilisation". Car la stabilisation, c’est la première phase de l’inversion.

3 – La promesse à retardement

Fin 2013, les économistes sont formels : le chômage se stabilise, mais il va continuer de progresser en 2014 (…) Le plateau espéré par le gouvernement est en fait un faux-plat ! (…) La promesse de campagne n’est plus reprise que par François Hollande lui-même : « Si je n’y parviens pas à la fin de mon mandat, vous pensez que j’irai devant les Français ? Les Français seraient implacables et ils auraient raison » (…) A défaut de pouvoir tenir la promesse de François Hollande, le gouvernement la reformule a minima

A suivre sur L’OBS

Commentaire CE21 :

Personne ne pouvait être dupe. Inverser la courbe du chômage dans les 2 ans après l’élection présidentielle quelques-uns imaginaient cela possible. Depuis, l’opinion publique, les politiques et les « experts » sont sans illusion. Nous avons fait des propositions concrètes dans l’activité marchande pour les PE et TPE, sans coût pour l’Etat, voire avec des recettes.

Nous nous sommes battus, nous avons tenté de convaincre, au plus haut niveau de l’Etat (reçu à Matignon en 2013, sans succès en 2014 malheureusement). Les partenaires sociaux et certains « think-tanks » nous perçoivent comme un concurrent ! On dérange. Alors soyons clairs, la politique actuelle, même « macronisée », n’a aucune chance de permettre, grâce à elle seule, une réduction significative du chômage.

Jacques Martineau

Retour
Contact / Plan du site / Mentions légales    © P.RO COM - 2012