Avec " Actualité et Propos de presse" , l’information, c’est au quotidien..., la “Lettre” est bimensuelle...
Accueil du site > PROPOS DE PRESSE > Décembre 2014> Douche froide pour l’Allemagne : 1% de croissance prévue pour (...)

Décembre 2014

Douche froide pour l’Allemagne : 1% de croissance prévue pour 2015

décembre 2014


du 07/12/2014 par Paolo Garoscio

Le miracle allemand s’est révélé n’être qu’un rêve : la Bundesbank, la banque centrale allemande, vient de diviser tout simplement par deux les prévisions de croissance du pays pour 2015. De 2%, celle-ci passe à 1%... soit la même prévision de croissance que le gouvernement espère pour la France.

Toutes les prévisions de croissance allemandes revues à la baisse

Rien ne va plus pour Angela Merkel. Alors que l’Allemagne fait la maline et veut imposer sa vision des choses en Europe, rien ne se passe comme prévu. Pour 2014, la Bundesbank a revu à la baisse la croissance du pays, de 1,9% prévus en juin à seulement 1,4%. C’est mieux que la France, certes, mais c’est loin de ce qui était attendu.

Et pour les années à venir les pronostics ne sont pas plus roses. Pour 2015 la banque centrale allemande s’attend à une croissance de 1% soit la moitié de ce qu’elle prévoyait avant. Et pour 2016 ? Idem : alors que la Bundesbank s’attendait à 1,8% de croissance, elle ne table plus que sur 1,6% de croissance du PIB.

L’Allemagne pas mieux que la France ?

Ce qui est intéressant est que l’Allemagne, en 2015, ne fera pas mieux que la France. En tout cas pas mieux que ce qu’espère le gouvernement pour la France puisque François Hollande et son équipe tablent également sur 1% de croissance du PIB en 2015. C’est d’ailleurs sur cette hypothèse qu’a été créé le budget pour l’année à venir.

Un espoir qui n’est toutefois pas partagé par la Commission européenne qui estime à seulement 0,7% la croissance de l’Hexagone pour 2015. L’Insee, elle table sur encore moins : 0,5%.

A suivre sur Economie matin

Commentaire CE21 :

Décidément Madame Merkel est inquiète. L’Allemagne (politique) a besoin de la France (économique) pour améliorer sa propre situation qui se dégrade lentement mais sûrement. Elle interpelle, sans gêne, la France (politique) pour lui demander d’accélérer ses réformes et cautionne les critiques de la Commission de Bruxelles. Elle doit rendre des comptes aux membres de la CDU. On croît rêver !

Ajoutons à cela la situation de nos Amis anglais qui grâce à un contrat « 0 heure » et quelques astuces « dévaluationistes » sauvent la face mais sont en deçà de la France en termes de résorption de leur déficit et eux ne sont pas dans la zone euro… Où va-t-on ? N’est-il pas temps de remettre tout à plat !

Club Espace 21

Retour
Contact / Plan du site / Mentions légales    © P.RO COM - 2012