Avec " Actualité et Propos de presse" , l’information, c’est au quotidien..., la “Lettre” est bimensuelle...
Accueil du site > PROPOS DE PRESSE > Décembre 2014> Draghi attend « début 2015 » pour prendre de nouvelles mesures

Décembre 2014

Draghi attend « début 2015 » pour prendre de nouvelles mesures

décembre 2014


du 05/12/2014 par Jean-Pierre Robin

La BCE a réduit ses prévisions de croissance. Elle admet les effets déflationnistes de la chute des cours du pétrole.

Le conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne s’est réuni jeudi pour la première fois dans ses locaux flambant neufs de Francfort, et cela ne l’a pas transporté de joie. « Les risques entourant les perspectives économiques sont à la baisse », a reconnu Mario Draghi, lors de la traditionnelle conférence de presse, en présentant les nouvelles prévisions de croissance et d’inflation.

Par rapport à septembre derniers, elles marquent un net repli. La croissance attendue en 2014 est ramenée de 0,9 % à 0,8 %, celle de 2015 de 1,6 % à 1 %, et de 1,9 % à 1,5 % pour 2016. Les prévisions d’inflation ont été également fortement revues à la baisse, de 0,6 % à 0,5 % pour l’année en cours, de 1,1 % à 0,7 % pour 2015 et de 1,4 % à 1,3 % en 2016 (…)

Mario Draghi a reconnu implicitement que l’effet était déflationniste, même si le mot n’a pas été prononcé… Tout en reconnaissant que le conseil n’était pas « unanime » sur ces mesures, il a bien insisté que les décisions pourront se prendre « à la simple majorité » et qu’elles seraient tout à fait conformes au traité de Maastricht. Une façon de prévenir les réticences allemandes (…)

Malgré la promesse d’un assouplissement monétaire certain, les marchés boursiers ont mal réagi (baisse de 1,55 % à Paris). Ils ont retenu les difficultés de mise en œuvre plutôt que la fermeté manifeste du discours de Draghi.

A suivre sur Le Figaro.fr

Commentaire CE21 :

Mario Draghi et la BCE confirment les mauvaises prévisions économiques dans l’Union européenne et plus particulièrement dans la zone euro pour 2015 et 2016. Le président de la BCE dit qu’il est prêt à un « assouplissement quantitatif » de plus de 1000 Md€ qui pourrait prendre la forme d’achats de dette d’Etat, de titres privés et étrangers. Mais encore faut-il que les réticences allemandes ne viennent pas perturber la stratégie de la BCE ? C’est un autre problème…

Club Espace 21

Retour
Contact / Plan du site / Mentions légales    © P.RO COM - 2012