Avec " Actualité et Propos de presse" , l’information, c’est au quotidien..., la “Lettre” est bimensuelle...
Accueil du site > PROPOS DE PRESSE > Octobre 2014> Déficit : la lettre de Bruxelles que l’Elysée ne veut pas publier

Octobre 2014

Déficit : la lettre de Bruxelles que l’Elysée ne veut pas publier

octobre 2014


du 25/10/2014 par Ludovic Lamant

« Mediapart publie le contenu de la lettre envoyée par la commission européenne à Michel Sapin, et que François Hollande a refusé, jusqu’à présent, de rendre publique. L’exécutif européen exhorte Paris à respecter ses engagements budgétaires. Le ton est à peu près identique – par endroits, plus dur – à celui de la lettre envoyée à Rome, et que Matteo Renzi, lui, a choisi de publier. »

Bruxelles de notre envoyé spécial permanent. « Je vous écris pour vous demander les raisons qui ont conduit à ce que la France prévoie de dévier des objectifs budgétaires fixés par le Conseil, en ce qui concerne à la fois le déficit public général, et l’ajustement de l’équilibre structurel en 2015. Je voudrais également savoir comment la France prévoit de se conformer à ses obligations de politique budgétaire en 2015, conformément au pacte de stabilité et de croissance. »

L’auteur de ces lignes est Jyrki Katainen, commissaire européen aux affaires économiques et monétaires. Il s’adresse à Michel Sapin, ministre des finances français, dans un courrier envoyé en début de semaine à ...

En savoir plus sur Médiapart

Commentaire CE21 :

La Commission de Bruxelles, démissionnaire, jubile. Elle se permet de mettre un terme à son mandat avec le plus grand mépris. La situation de UE n’est pas brillante. Hors zone euro, David Cameron refuse fermement de s’acquitter des 2 Md€ que lui sont réclamés. La zone euro est en danger. L’ensemble frise la récession. L’Allemagne se pose des questions. Les grèves se multiplient outre-Rhin…

Toutes ces lettres envoyées à l’Autrice, à l’Italie, à Malte, à la Slovénie et aussi à France sont un non sens. Mario Renzi n’apprécie pas. Il communique l’information et il le dit. Il ne se laissera pas faire. Le TSCG, traité budgétaire, appliqué avec rigueur dans une situation de crise révèle une logique administrative méprisante. Une politique d’austérité, poussée au bout de sa logique, sera lourde de conséquences…

Club Espace 21

Retour
Contact / Plan du site / Mentions légales    © P.RO COM - 2012