Un espace de communication... Avec " Actualité et Propos de presse" , l’information, l’avis des lecteurs, c’est au quotidien..., la “Lettre” mensuelle...
Accueil du site > ARTICLES DE PRESSE > Mars 2020> CORONAVIRUS : LA FRANCE EN CONFINEMENT : TOUT CE QU’IL FAUT SAVOIR

Mars 2020

CORONAVIRUS : LA FRANCE EN CONFINEMENT : TOUT CE QU’IL FAUT SAVOIR

mars 2020


17/03/2020 de Paolo Garoscio pour Économie Matin

Après une première tentative de « lockdown partiel », que de nombreux Français semblent avoir interprété comme des vacances forcées, Emmanuel Macron a décidé de passer à l’étape supérieure.

le 16 mars 2020, dans son allocution de 20 heures, il a placé la France en confinement « à l’italienne », sans toutefois prononcer ce terme. Le confinement va commencer le 17 mars 2020 à 12 heures et est annoncé pour une durée de 15 jours… mais ne vous faites pas d’illusions, le confinement va durer, sans aucun doute, plus d’un mois.

Mais, dans le détail, qu’est-ce que ça signifie, comment ça va marcher ?

Sorties interdites, rassemblements interdits, rencontres interdites Vous l’aurez compris, si vous avez écouté Emmanuel Macron le 16 mars 2020 au soir : tout est interdit. Du moins, tout ce qui peut entraîner une propagation du virus.

De fait, les sorties sont interdites, les visites sont interdites, les rassemblements sont interdits. On ne sort pas pour se balader, on ne va pas voir ses voisins, ses amis ou sa famille, on ne traîne pas en groupe… on reste à la maison !

Bon, vous vous en doutez, ce n’est pas aussi impératif que ça, mais c’est bien le mot d’ordre : restez à la maison. Car seul le confinement permettra de réduire l’avancée du coronavirus Covid-19 dans la population.

Ce qu’il est possible de faire à partir du 17 mars 2020 à 12 heures en France Les déplacements non nécessaires sont formellement interdits. Sont toutefois considérés nécessaires les déplacements pour :

Se rendre au travail si le télétravail n’est pas possible ; Faire ses courses ou acheter des produits de première nécessité (tabac, journaux…) ; Se faire soigner, aller récupérer des médicaments ; Motif familial impérieux ou assistance à personne vulnérable ; Sortir pour s’aérer, faire un peu d’exercice, permettre aux animaux de compagnie de faire leurs besoins. Dans ce dernier cas, toutefois, la sortie doit être brève, proche du domicile et ne doit pas donner lieu à des rassemblements.

Tous les déplacements doivent respecter les règles de sécurité sanitaire : pas de contact (embrassades, poignées de main), distance minimum d’un mètre entre les personnes…

La FAQ du ministère de l’Intérieur concernant le confinement : https://www.interieur.gouv.fr/Actua...

INFORMATION IMPORTANTE POUR TOUS CES DÉPLACEMENTS

Toute personne devant se déplacer doit se rendre sur le site du ministère de l’Intérieur et télécharger « l’attestation de déplacement dérogatoire » à imprimer et remplir. Elle pourra être demandée par les forces de l’ordre qui sont mobilisées pour faire respecter ces consignes.

Le site du ministère de l’Intérieur pour télécharger l’attestation : https://www.interieur.gouv.fr/Actua.... (L’attestation dérogatoire peut être recopiée sur papier libre si besoin)

100.000 policiers mobilisés : des contrôles et des amendes

Afin de faire respecter ces consignes de sécurité et le confinement, le gouvernement devrait dépêcher, dans un premier temps, environ 100.000 gendarmes et policiers sur tout le territoire. Ils seront habilités à contrôler les personnes se trouvant à l’extérieur et demanderont l’attestation ou tout autre justificatif (comme une attestation d’employeur pour un déplacement professionnel nécessaire).

Toute personne qui se retrouverait dans l’impossibilité de justifier sa présence à l’extérieur encourt, pour cette première version du confinement, une amende administrative de 135 euros. Les autorités feront néanmoins surtout de la prévention et du maintien de l’ordre, en particulier les premiers jours, le temps que tous les Français s’habituent à leur nouvelle vie.

Comment peut évoluer le confinement ?

Le gouvernement devrait, de toute évidence, faire évoluer le confinement pour le rendre plus ou moins strict selon l’évolution du nombre de cas et la propagation du virus coronavirus Covid-19 en France.

En particulier, alors que la rumeur de sa mise en place courait, il n’y a pas de couvre-feu pour l’instant en France. Ce pourrait être une prochaine étape si le confinement actuel ne suffit pas.

En outre, l’amende que risquent les contrevenants à ce confinement est administrative et uniquement de 135 euros. D’autres pays en confinement ont pris des mesures plus strictes : en Espagne l’amende va de 100 à 600 euros, par exemple, et en Italie le non-respect des consignes est désormais un délit pénal passible de prison. Ce pourrait être une forme de renforcement que peut décréter le gouvernement dans les semaines à venir.

Enfin, l’armée n’est pas déployée à ce jour en France, bien que des mouvements de troupes aient été identifiés sur le territoire sans qu’il soit possible de lier les deux événements. Le déploiement de l’armée pourrait également être décidé si les Français ne respectent pas les mesures ou si les mesures ne suffisaient pas.

à suivre dans Économie Matin

Retour
Contact / Plan du site / Mentions légales    © P.RO COM - 2012