Un espace de communication... Avec " Actualité et Propos de presse" , l’information, l’avis des lecteurs, c’est au quotidien..., la “Lettre” mensuelle...
Accueil du site > ARTICLES DE PRESSE > Février 2020> Réforme des retraites : face à l’obstruction de l’opposition, LREM... déserte (...)

Février 2020

Réforme des retraites : face à l’obstruction de l’opposition, LREM... déserte l’Assemblée

février 2020


Du 26/02/2020 pour Valeurs Actuelles

Mardi 25 février au soir, les députés de la majorité ont tout bonnement quitté l’hémicycle. Une attitude qui a achevé d’ulcérer les oppositions.

De petites phrases en provocations, les « marcheurs » semblent décidés à jeter de l’huile sur le feu à l’Assemblée. Alors que les débats autour du projet de loi de réforme des retraites avancent péniblement, notamment à cause des quelque 40 000 amendements déposés par les insoumis et les communistes, les élus de la majorité ont quitté les bancs du palais Bourbon, mardi 25 février au soir, rapporte notamment Ouest-France.

« Pas à la hauteur de la représentation nationale »

«  Nous venons d’engager une série d’amendements tous identiques, avec encore une fois la volonté manifeste de faire durer inutilement le débat sans rien y apporter  », a expliqué Gilles Le Gendre, président du groupe LREM à l’Assemblée qui, comme son homologue du MoDem, Patrick Mignola, était resté en séance pour représenter les parlementaires temporairement absents. «  C’est notre droit de récuser la nature de ces débats, nous ne souhaitons pas y participer  », a poursuivi le représentant de Paris. «  Nous attendons que la litanie se termine avant de retourner en séance pour le débat de fond  », a enchaîné Roland Lescure, député LREM des Français de l’étranger.

Pour les oppositions, ce coup de théâtre d’En Marche ! et de son allié centriste constituait un «  spectacle  » et une «  mise en scène  », a jugé le député LR Stéphane Viry. Pour Boris Vallaud, du PS, il s’agissait d’un «  résumé saisissant de la façon dont la majorité considère le Parlement  ». «  Une majorité se doit d’assumer ce qu’ils font (les LREM et les Modem), c’est pas tout à fait chouette, pas à la hauteur de la représentation nationale  », a abondé Jean Lassale, du parti Résistons.

« Ils me huent »

Parmi les élus indignés, figurait aussi Agnès Thill, laquelle a dénoncé, mardi 25 février, l’attitude du groupe parlementaire auquel elle appartenait il y a quelques mois. Dans l’hémicycle, mardi, elle a d’ailleurs dû exiger le silence à plusieurs reprises, alors que ses anciens collègues à La République en Marche la huaient durant une intervention. « Dès que je vais au micro (peu), ils me huent », a-t-elle constaté sur Twitter.

à suivre dans VALEURS

Retour
Contact / Plan du site / Mentions légales    © P.RO COM - 2012