Un espace de communication... Avec " Actualité et Propos de presse" , l’information, l’avis des lecteurs, c’est au quotidien..., la “Lettre” mensuelle...
Accueil du site > ARTICLES DE PRESSE > Février 2020> Apprentissage : Les régions accusent Pénicaud de s’attribuer leur (...)

Février 2020

Apprentissage : Les régions accusent Pénicaud de s’attribuer leur succès

février 2020


Du 10/02/2020 avec AFP pour HuffPost

Dans un communiqué, les régions de France ont dénoncé les "mensonges" de la ministre du Travail concernant sa part de responsabilité dans la progression de l’apprentissage dans le pays.

POLITIQUE - Les régions dénoncent “les mensonges” de la ministre du Travail Muriel Pénicaud qui s’approprie, selon elles, les bons résultats sur l’apprentissage obtenus grâce à leur action.

“La croissance à deux chiffres dont se prévaut à longueur d’interviews madame Pénicaud, ce sont les régions qui en sont à l’origine !”, écrit Régions de France dans un communiqué publié ce mardi 4 février.

“Les régions ont financé l’apprentissage à hauteur de 9 milliards d’euros sur les cinq dernières années, dont près d’un milliard d’investissement”, poursuit l’association qui regroupe l’ensemble des régions françaises.

Les régions nie l’efficacité supposée de la réforme

Un bras de fer oppose depuis deux ans les régions, qui souhaitaient garder leur compétence en matière d’apprentissage des jeunes, au gouvernement qui l’a confiée aux branches professionnelles par une loi d’août 2018.

Interrogée lundi dans le Parisien sur le bilan de l’année 2019, la ministre s’est réjouie que “tous les réseaux concernés voient leur nombre d’apprentis exploser”. Elle “ment sur la ‘forte hausse’ des formations de niveau CAP et bac pros grâce à sa réforme”, martèle Régions de France, selon qui le nouveau dispositif “favorise plutôt l’apprentissage dans l’enseignement supérieur dont le financement devient plus attractif”.

“Les ’554 intentions de création d’un CFA’ dont se prévaut madame Pénicaud se heurteront à la réalité du terrain, avec des fermetures ou des restructurations de très nombreux CFA” (Centres de formation des apprentis), notamment en zone rurale, poursuit Régions de France.

Une brouille au timing malheureux

L’association affirme enfin que l’attitude de la ministre “plombe la confiance entre les régions et le gouvernement”, au moment où s’engage la concertation entre l’État et les collectivités sur le projet de décentralisation.

Interrogé sur BFM Business, le président de la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME) François Asselin, a lui jugé que la réforme mise en place par le gouvernement est “une bonne réforme”.

“Mais là où les régions ont raison c’est qu’il faudra juger sur plusieurs exercices les résultats”, a-t-il affirmé, renvoyant à fin 2020 tout en se félicitant des bons chiffres de 2019.

à suivre dans HuffPost

Retour
Contact / Plan du site / Mentions légales    © P.RO COM - 2012