Un espace de communication... Avec " Actualité et Propos de presse" , l’information, l’avis des lecteurs, c’est au quotidien..., la “Lettre” mensuelle...
Accueil du site > PROPOS DE PRESSE > Octobre 2019> EDF : le coût de l’EPR de Flamanville s’envole encore

Octobre 2019

EDF : le coût de l’EPR de Flamanville s’envole encore

octobre 2019


Du 08/10/2019 par Frédéric de Monicault et Cyrille Pluyette pour Le Figaro

Pour réparer des soudures sur le prototype de son nouveau réacteur, l’électricien va devoir dépenser 1,2 milliard d’euros. Ce qui porte à plus de 12 milliards le budget complet de son chantier.

Un bon milliard d’euros supplémentaire : telle est la facture qu’EDF va devoir acquitter, selon nos informations, pour réparer les huit soudures défectueuses de l’EPR de Flamanville (Manche), le chantier du prototype de réacteur de nouvelle génération. Ce surcoût, qui se chiffrerait précisément à 1,2 milliard d’euros, porte à plus de 12 milliards le montant global de l’ardoise, soit plus du triple du budget initial.

Pour réparer ces soudures défectueuses, l’électricien a travaillé sur deux solutions innovantes, un schéma prioritaire et une solution de repli, qui font intervenir notamment des robots. Ces schémas d’intervention, soumis à l’Autorité de sûreté nationale (ASN), ont l’avantage de permettre d’éviter de détruire l’enceinte du bâtiment réacteur. Mercredi, l’ASN devrait communiquer pour préciser que les travaux se dérouleront sous son étroit contrôle.

Après la découverte cet été de ces soudures problématiques, EDF avait averti que la mise en service de l’EPR était une nouvelle fois repoussée, à l’horizon de 2022. Le projet de réparation entériné par le conseil d’administration qui s’est tenu ce mardi ne modifie pas significativement ce calendrier. C’est fin 2022 que l’EPR pourrait être raccordé au réseau, avec dix ans de retard sur le calendrier initial.

L’annonce de ce énième dérapage financier intervient dans un contexte délicat pour la filière nucléaire française, en proie à de nombreux déboires. En Grande-Bretagne, EDF a averti que son projet d’EPR à Hinkley Point pourrait être retardé jusqu’à 15 mois et qu’il enregistrait un nouveau surcoût pouvant aller jusqu’à 2,9 milliards de livres.

Interrogé sur ces informations, EDF n’a fait aucun commentaire. Le contexte est particulièrement sensible au sein de l’entreprise, qui étudie un projet de vaste réorganisation, dont la présentation, prévue pour cette fin d’année, a été décalée de plusieurs mois la semaine passée.

à suivre dans Le Figaro

Retour
Contact / Plan du site / Mentions légales    © P.RO COM - 2012