Un espace de communication... Avec " Actualité et Propos de presse" , l’information, l’avis des lecteurs, c’est au quotidien..., la “Lettre” mensuelle...
Accueil du site > PROPOS DE PRESSE > Juin 2019> Électricité : une hausse « brutale » qui s’apparente à une « grenade dégoupillée (...)

Juin 2019

Électricité : une hausse « brutale » qui s’apparente à une « grenade dégoupillée »

juin 2019


Du 01/06/2019 avec AFP pour Le Point.fr

Les quotidiens de ce samedi reviennent sur la hausse de 5,9 % des tarifs réglementés de l’électricité, ce 1er juin, qui suscite la polémique.

Depuis ce 1er juin, les tarifs réglementés de l’électricité ont augmenté de 5,9 %. La décision a été publiée au Journal officiel jeudi, au grand dam des associations de défense des consommateurs. Celles-ci jugent en effet que cette augmentation des prix va frapper de plein fouet les ménages les plus précaires. Une polémique dont de nombreux titres de presse se font aujourd’hui l’écho. Cette hausse de près de 6 % des tarifs était attendue et redoutée depuis plusieurs mois : elle fait suite à une proposition, formulée en février dernier, de la Commission de régulation de l’énergie (CRE).

Le gouvernement , devant alors faire face à la crise des Gilets jaunes dénonçant la baisse de leur pouvoir d’achat et des factures énergétiques toujours plus onéreuses, avait repoussée de trois mois la hausse. Les associations de consommateurs CLCV et UFC-Que choisir dénoncent une hausse au 1er juin qui est « injuste », « historique » et qui va poser problème aux personnes vivant dans des logements mal isolés. Ces deux organisations entendent donc saisir le Conseil d’État pour faire annuler cette augmentation.

« Je comprends bien la difficulté, 5,9 %, ça reste 85 euros par an, 7 euros par mois, c’est beaucoup (...), mais ça me semble un tarif qui permet de préserver les 3 choses que je poursuis : sécurité, qualité et prix à moyen et long terme » de l’électricité, a tenté de justifier Jean-François Carenco, le président de la CRE, au micro d’Europe 1.

Avec des dizaines de millions de foyers concernés, la polémique fait dire à Jean-Marc Chevauché, du Courrier picard, que, « depuis que le marché s’est largement ouvert à la concurrence, le tarif réglementé a du mal à suivre. Les concurrents, pour pouvoir proposer à leurs clients des tarifs compétitifs, sont parfois contraints de se fournir à l’étranger. Il y a aujourd’hui une large part de l’augmentation du prix de l’électricité, nous disent les associations de consommateurs, qui est surévaluée afin de permettre à la concurrence de rester compétitive. On voit à peu près ce que veut dire marcher sur la tête ; il faut s’habituer désormais à faire de même tout en se frappant l’occiput avec un marteau. »

Émotion, incompréhension et polémique

Du côté de La Charente libre, Dominique Garraud évoque la position difficile de la CRE et un gouvernement qui fait profil bas : « Comment assurer une concurrence libre et non faussée dans le secteur de l’énergie et préserver les intérêts de l’opérateur historique  ? C’est le casse-tête permanent de la Commission (indépendante) de régulation de l’énergie (CRE) à l’origine de la hausse record de 5,9 %. (...) À la veille de l’ouverture de chantiers décisifs pour l’avenir d’EDF, le gouvernement fait profil bas sur cette mesure touchant pourtant quelques dizaines de millions de Français, anticipant l’annulation d’une nouvelle hausse plus modeste planifiée pour août prochain. »

Dans les colonnes de La Montagne, Bernard Stéphan rappelle que ces questions de hausses des prix de l’énergie sont toujours des sujets à polémique, preuve en est du mouvement de contestation débuté en novembre dernier : « La hausse des prix de certains produits incontournables est toujours une grenade dégoupillée ; ainsi des carburants et de l’électricité. Raison pour laquelle le gouvernement a différé cette hausse (pourtant obligatoire), craignant la braise des Gilets jaunes. Si on l’observe tel un verre à moitié plein, on peut se réjouir de la réaction de consommateurs imaginant des achats groupés. 25,3 millions de clients d’EDF, assujettis au tarif bleu, peuvent faire jouer la concurrence. Le verre à moitié vide a aussi ses arguments. Ainsi, les justifications de l’augmentation sont incompréhensibles pour un esprit rationnel. »

« Sans surprise, la hausse de 5,9 % des tarifs réglementés de l’électricité, ce 1er juin, suscite émotion, incompréhension et polémique », analyse pour sa part Laurent Bodin, de L’Alsace. « Émotion car cette augmentation est tellement forte qu’elle en devient brutale. Incompréhension puisqu’à l’arrivée des beaux jours la consommation diminue, ce qui justifierait plutôt une baisse des prix. Polémique, enfin, car les associations de consommateurs contestent les raisons avancées pour justifier cette hausse pendant que le PDG d’EDF, Jean-Bernard Lévy, et le ministre de la Transition écologique, François de Rugy, se renvoient la responsabilité. »

à suivre dans Le Point.fr

Retour
Contact / Plan du site / Mentions légales    © P.RO COM - 2012