Un espace de communication... Avec " Actualité et Propos de presse" , l’information, l’avis des lecteurs, c’est au quotidien..., la “Lettre” mensuelle...
Accueil du site > ÉDITORIAL> OCDE : un regard sur l’économie mondiale à prendre en compte…

ÉDITORIAL

OCDE : un regard sur l’économie mondiale à prendre en compte…

Des perspectives de croissance 2019 difficiles à apprécier

février 2019


Les dernières perspectives de croissance pour 2019 ne sont pas très optimistes. La France n’échappe pas au constat. Avec un taux de croissante, révisé à la baisse, avec 1,5%, 2019 et 2020 ne sont pas encourageantes. Selon l’OCDE, les experts confirment que le « pic » de croissance économique mondiale est derrière nous. Échanges commerciaux et investissements se ralentissent.

L’augmentation des taux d’intérêt vont entrainer des distorsions monétaires pour les pays émergents. Les relances budgétaires sont sans effet dans les pays de l’OCDE. Conditions salariales, chômage et absence de main d’œuvre qualifiée représentent de lourds handicaps et sont toujours en dehors du débat.

C’est pourquoi, il parait utile de rappeler quelques extraits essentiels du rapport annuel de l’OCDE pour avoir un regard plus précis et mieux comprendre le « pourquoi » des prévisions économiques pour 2019.

Club Espace 21


De la part de l’OCDE

La croissance mondiale ralentit sur fond d’accentuation des risques commerciaux et financiers


Les prévisions de croissance concernant l’année prochaine ont été révisées à la baisse pour la plupart des grandes économies du monde. On table maintenant sur une augmentation du produit intérieur brut (PIB) mondial de 3.5 % en 2019 comme en 2020.

Dans de nombreux pays, le chômage a atteint un point bas record et des pénuries de main-d’œuvre commencent à apparaître (...) L’assombrissement de l’horizon économique en 2019 tient principalement à la dégradation des perspectives pour les marchés émergents comme ceux de la Turquie, de l’Argentine et du Brésil (...)

Perspectives mondiales en termes de croissance 2019-2020 – source : ocde.org


Le Secrétaire général de l’OCDE, Angel Gurría, a déclaré : « Les conflits commerciaux et l’incertitude politique accentuent les difficultés auxquelles sont confrontés les gouvernements tandis qu’ils s’emploient à préserver une croissance économique forte, durable et inclusive. »

Les tensions commerciales ont déjà des effets sur le PIB et les échanges mondiaux. Si les États-Unis portent à 25 % leurs droits de douane sur tous les biens chinois, avec des mesures de rétorsion de la part de la Chine, l’activité économique mondiale pourrait être beaucoup plus faible (…) Des initiatives de relance et des mesures d’assouplissement des conditions financières prises par la banque centrale pourraient contribuer à soutenir une croissance en perte de vitesse et à préparer un atterrissage en douceur de l’économie (…)

Des résultats comparatifs intéressants – source : ocde.org


Compte tenu du très bas niveau auquel s’établissent les taux d’intérêt dans de nombreux pays – en particulier dans la zone euro – et du niveau historiquement élevé atteint par les ratios dette/PIB (dette publique comme privée), les pouvoirs publics disposent de marges de manœuvre limitées en cas de fléchissement plus marqué que prévu de l’activité économique au niveau mondial. D’après les Perspectives économiques, il est important que les autorités conservent la possibilité de s’appuyer sur la fiscalité et les dépenses pour stimuler la demande en cas de tassement prononcé de la croissance (…)

Laurence Boone, Chef économiste de l’OCDE, a déclaré : « Pour l’heure, peu de signes indiquent que le ralentissement sera plus marqué que prévu. Mais les risques sont suffisamment importants pour être considérés comme alarmants (…) en matière de politique budgétaire à l’échelle mondiale et au niveau de la zone euro. »

Elle a ajouté : « Pour soutenir l’économie mondiale, il faut également prendre en compte les préoccupations des individus concernant l’absence d’amélioration de leur salaire, de leur niveau de vie et des perspectives qui s’offrent à eux (...) Il est également crucial d’investir dans les compétences, afin de rehausser la productivité et les revenus et de réduire les inégalités entre travailleurs. »

Une organisation interactive utile de traitement des données économiques – source ocde.org


Un chapitre spécial des Perspectives économiques montre que, tandis que la transformation numérique gagne du terrain, le fossé continue de se creuser entre les emplois hautement qualifiés peu répétitifs et les emplois peu qualifiés très répétitifs, ce qui risque d’accentuer encore les inégalités. Un renforcement de la concurrence sur les marchés de produits entraînerait non seulement une plus large diffusion des nouvelles technologies et, partant, une accélération de la croissance de la productivité, mais contribuerait en outre à transmettre aux salaires les gains réalisés en matière de production et d’efficience.

à suivre dans le rapport de l’OCDE

Retour
Contact / Plan du site / Mentions légales    © P.RO COM - 2012