Un espace de communication... Avec " Actualité et Propos de presse" , l’information, l’avis des lecteurs, c’est au quotidien..., la “Lettre” mensuelle...
Accueil du site > PROPOS DE PRESSE > Janvier 2019> Au pays du chômage de masse

Janvier 2019

Au pays du chômage de masse

janvier 2019


Du 25/01/2019 par Alain Ruello pour Les Echos.fr

ENQUÊTE Alors que Pôle emploi publie ce vendredi les chiffres du chômage pour 2018, « Les Echos » ont sondé ses conseillers sur la persistance du nombre élevé de demandeurs d’emploi en France. Verdict sans fard.

Effet « gilets jaunes » oblige, les chiffres du chômage publiés vendredi par le ministère du Travail pour le mois de décembre risquent de remettre les compteurs à zéro pour l’année - au mieux - alors que fin novembre la tendance était enfin à la baisse . Fin 2018, la France comptera donc toujours peu ou prou 6 millions d’inscrits à Pôle emploi, qu’ils soient sans travail ou en activité réduite.

Pourquoi ce chômage de masse persiste-t-il alors que l’économie a créé 800.000 emplois depuis 2014, selon l’Insee, et que plusieurs de nos voisins européens connaissent, eux, le plein-emploi ? Pour les économistes, les raisons sont multiples : croissance toujours soutenue de la population active, manque de compétences, multiplication des CDD courts, voire très courts... Loin des considérations macroéconomiques, les conseillers de Pôle emploi sondés par « Les Echos » décrivent, eux, une réalité plus complexe.

A la recherche du mouton à 5 pattes

S’il est un domaine où le diagnostic des économistes et celui des conseillers se rejoignent, c’est bien celui du décalage des compétences. A un bémol près : le diplôme n’est pas toujours la solution (…) La faute à un système éducatif pas assez professionnalisant. Et quand il l’est, il arrive trop souvent que les formations débouchent sur des métiers en perte de vitesse.

Pour résoudre le problème, le gouvernement met 15 milliards sur la table pour former les jeunes décrocheurs ou les chômeurs de longue durée . De l’argent et du temps long : la formule plaît. A condition de ne pas se perdre dans l’administratif (…)

A la recherche du mouton à 5 pattes

Conséquence collatérale du manque de compétences, des milliers d’offres d’emploi ne trouvent pas preneur - une incongruité au pays du chômage de masse. Sauf qu’il y a emploi non pourvu et emploi non pourvu : d’un côté, on manque de personnes qualifiées comme les informaticiens parce qu’on n’en forme tout simplement pas assez ; de l’autre, ce sont les conditions de travail ou le salaire qui manquent d’attractivité (…)

Chômeurs ou inscrits, pas (toujours) la même chose

Attention, sujet politiquement incorrect ! Fin septembre 2018, plus de 6,6 millions de personnes étaient inscrites à Pôle emploi. Tous demandeurs d’emploi ? « Non », assurent les conseillers, sans stigmatiser. Au plus près des réalités, ils sont bien placés pour souligner les « incohérences » du système. Un jeune, par exemple, peut s’inscrire pour bénéficier d’une carte de transport, alors qu’il ne recherche pas de travail (…) Sans parler des « cassés » du travail, ceux qui attendent la retraite ou qui souffrent de maladies ou de problèmes psychologiques.

Règles d’indemnisation : perfectibles mais pas coupables

Parce qu’il les accuse de favoriser les embauches sur de très courtes durées et donc la précarité, le ministère du Travail les a placées au cœur de la réforme de l’assurance-chômage . Il s’agit principalement des règles donnant la possibilité de cumuler revenu d’un travail et allocation et, ce faisant, de prolonger ses droits (…)

Tous l’affirment : les règles sont perfectibles, même si elles sont plutôt incitatives à la reprise de travail dans un contexte où le CDD est devenu la norme, notamment parce qu’il sert de période d’essai (…)

Effectifs de Pôle emploi : la quadrature du cercle

Diagnostiquer les besoins de tous les chômeurs deux semaines au maximum après leur inscription, démarrer l’accompagnement au cours du premier mois, mettre le paquet trois mois plus tard si besoin : ces propositions, qui émanent des syndicats et du patronat, les conseillers de Pôle emploi rêveraient de pouvoir les appliquer (…)

Contrainte de faire avec son budget, la direction met le paquet sur le numérique, mais la plupart des agents en conviennent : cela ne peut pas être l’alpha et l’oméga de la lutte contre le chômage (…)

Le « cercle vicieux » de la mobilité

C’est la nouvelle réalité brandie par tous les experts « ès marché du travail » : la carrière au long cours dans une même société laisse la place au « parcours professionnel », jalonné de rebonds, d’échecs, de reconversions, de périodes en salariat, d’autres en indépendant, dans une logique de responsabilité individuelle assumée (…)

Tout cela, disent les agents de l’opérateur, traduit une relation employeur-employé de plus en plus dure, où l’on remplace une personne par une autre et à laquelle même les plus qualifiés n’échappent plus. Ce qui entraîne un boom des ruptures conventionnelles et des burn-out (…)

Un cercle vicieux qui n’exonère pas, bien sûr, certains chômeurs de leurs responsabilités quand, après avoir été sélectionnés pour des postes, après avoir réussi les tests, ils ne se présentent pas aux entretiens d’embauche (…)

à suivre dans Les Echos.fr

Retour
Contact / Plan du site / Mentions légales    © P.RO COM - 2012