Avec " Actualité et Propos de presse" , l’information, c’est au quotidien..., la “Lettre” est bimensuelle...
Accueil du site > PROPOS DE PRESSE > Septembre 2018> Le gouvernement ne vise plus que 1,7% de croissance en 2018

Septembre 2018

Le gouvernement ne vise plus que 1,7% de croissance en 2018

septembre 2018


Du 10/09/2018 par Hayat Gazzane pour Le Figaro

INFOGRAPHIE - Après deux premiers trimestres décevants, le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, est contraint de revoir ses objectifs à la baisse. Le déficit sera donc lui aussi plus fort que prévu, à 2,6%.

L’objectif était intenable. Le gouvernement, qui prévoyait en avril dernier une croissance de 2% pour 2018, a été contraint de revoir ses ambitions à la baisse après un début d’année décevant. Sur les deux premiers trimestres, le PIB n’a augmenté que de 0,2%. Par conséquent, la croissance n’atteindra finalement que 1,7% sur l’ensemble de l’année, annonce le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, ce lundi sur France Inter. « Il y a des aléas dans la conjoncture », explique-t-il, mettant en avant des facteurs connus comme la hausse du prix du pétrole, « notre dépendance aux importations » ou encore les grèves « qui ont joué pour 0,1 point de croissance ». Mais le ministre rappelle que « la moyenne des dix dernières années c’est 0,8%. Donc, ce n’est pas si mal ».

Cette annonce témoigne de la prudence grandissante du gouvernement qui début août, par la voix du ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin, assurait que la croissance en 2018 « ne serait pas inférieure à 1,8%, quoi qu’il arrive ». Finalement, Bercy se range du côté de l’Insee. En juin dernier, l’institut avait revu à la baisse sa prévision pour cette année, à 1,7%. Cette estimation est légèrement moins optimiste que celle de la Banque de France qui prévoit une croissance de 1,8% cette année. D’après cette dernière, l’économie devrait rebondir en deuxième partie d’année, avec une augmentation du PIB de 0,4% au troisième trimestre.

Mais même avec une légère accélération en fin d’année, impossible d’atteindre les objectifs initialement fixés pour le déficit public. Au lieu des 2,3% visés, le déficit sera autour de 2,6% en 2018, confirme ce matin Bruno Le Maire. Mais « pour 2019, nous resterons sous la barre des 3%. Nous continuerons à respecter nos engagements européens », assure-t-il. Concernant la dette, le ministre de l’Économie assure qu’elle n’a pas encore touché le seuil symbolique des 100% du PIB. « On flirte avec les 100%, mais c’est l’héritage de choix faits il y a plusieurs années qui ont amené le niveau de dette française autour de 90-95% et toute la politique que nous menons vise à réudire cette dette en créant de la croissance », a-t-il commenté. Le ministre de l’Économie insiste : « ce qui compte, c’est de tenir un cap clair : libérer la croissance des entreprises, mieux rémunérer les salariés et viser une nouvelle prospérité française, bâtie sur la capacité d’innovation et d’investissement des entreprises ».

à suivre dans Le Figaro

Retour
Contact / Plan du site / Mentions légales    © P.RO COM - 2012