Avec " Actualité et Propos de presse" , l’information, c’est au quotidien..., la “Lettre” est bimensuelle...
Accueil du site > PROPOS DE PRESSE > Mai 2018> Zone euro : beaucoup d’idées de "fonds" mais aucune solution aux (...)

Mai 2018

Zone euro : beaucoup d’idées de "fonds" mais aucune solution aux déséquilibres

mai 2018


Du 14/05/18 par Nicolas Perrin pour Economie Matin

Le projet d’union bancaire piétine. Les déséquilibres atteignent maintenant 900 milliards d’euros en faveur de l’Allemagne qui reste sourde aux idées de « pot commun ».

Le projet d’union bancaire européenne est dans l’impasse depuis fin 2015. Face à l’opposition catégorique de l’Allemagne à une mutualisation de la garantie des dépôts, la Commission a présenté le 11 octobre un projet d’union bancaire a minima. En cas de crise, la liquidité bancaire serait temporairement assurée au niveau communautaire sous forme de prêts et sous conditions d’éligibilité (nettoyage de bilan). Aujourd’hui, j’aimerais vous raconter comment les choses ont évolué au sujet de la consolidation financière de la Zone euro depuis l’épisode précédent.

Fonds européen de garantie des dépôts : la cigale n’a toujours pas convaincu la fourmi

Le 19 avril 2018, Emmanuel Macron rencontrait Angela Merkel à Berlin. Le président français était venu « réclamer plus de ‘solidarité financière’ en Zone euro à l’Allemagne », expliquait La Tribune. Les supplications de la cigale vis-à-vis de la fourmi ont eu un succès aussi mitigé que d’habitude.

Pour la chancelière allemande, seul l’achèvement de l’Union bancaire et des marchés de capitaux est légitime. Pour ce qui est d’une garantie européenne des dépôts, Angela Merkel a arrosé le sémillant Emmanuel Macron d’un « en même temps » d’anthologie : « […] nous sommes également disposés à travailler à un système de garantie des dépôts. Mais nous voulons que la responsabilité et les risques soient bien tenus ensemble », a-t-elle déclaré.

En somme, pour la mutualisation de la gabegie, c’est toujours nein. Pour ceux qui auraient encore le moindre doute, Eckhardt Rehberg, « l’un des experts du dossier au sein de son parti, la CDU », explique La Tribune, a précisé qu’« il ne faut pas que l’épargnant allemand se retrouve garant des banques grecques et italiennes ». Est-ce que c’est plus clair comme ça ?

Le FMI veut lui aussi que la Zone euro dispose d’un fonds commun « pour les mauvais jours »

Le 26 mars 2018, Christine Lagarde profitait de son discours à l’Institut économique DIW de… Berlin pour plaider en faveur d’un pot commun aux pays membres de la Zone. Chacun « contribuerait au pot à hauteur de 0,35% de son PIB, et pourrait bénéficier à titre exceptionnel et sous condition de fonds déclenchés d’urgence en cas de coup dur ». Et la directrice générale du FMI de conclure : « pour un coût relativement modeste, une capacité budgétaire centralisée pourrait in fine réduire les effets négatifs de 50% ».

C’est plutôt bien vendu, vous ne trouvez pas ?

à suivre dans Economie Matin

Retour
Contact / Plan du site / Mentions légales    © P.RO COM - 2012