Avec " Actualité et Propos de presse" , l’information, c’est au quotidien..., la “Lettre” est bimensuelle...
Accueil du site > PROPOS DE PRESSE > Mars 2018> La BCE avance vers la fin de sa politique monétaire accommodante

Mars 2018

La BCE avance vers la fin de sa politique monétaire accommodante

mars 2018


Du 10/03/2018 par Etienne Goetz pour les Echos.fr

La banque centrale a retiré de son communiqué la possibilité d’augmenter le volume des achats d’actifs.

Sans surprise, la Banque centrale européenne (BCE) a laissé ses taux directeurs inchangés. La formule consacrée n’a pas été modifiée : « Le Conseil des gouverneurs prévoit que les taux d’intérêt directeurs de la BCE resteront à leurs niveaux actuels pendant une période prolongée, et bien au-delà de l’horizon fixé pour les achats nets d’actifs. »

En revanche du côté du programme de rachats d’actifs, la BCE a nettement infléchi son langage. Si les achats se poursuivront au rythme mensuel de 30 milliards d’euros jusqu’à fin « ou au-delà, si nécessaire », l’institut a retiré du communiqué la possibilité de réajuster à la hausse les volumes. Un tournant perçu comme un pas vers un resserrement monétaire en Europe.

Toutefois, « le président Mario Draghi a essayé de faire de son mieux pour minimiser l’importance de ce pas », commente Carsten Brzeski chez ING dans une note titrée « des miettes de pain pour les faucons » [partisans d’une politique monétaire plus restrictive dans le jargon des marchés]. Draghi a notamment martelé que le QE se poursuivra jusqu’en septembre ou au-delà si nécessaire et que les indications de la BCE sur les taux n’avaient pas été modifiées.

Dans la foulée de cette publication, l’euro a bondi face au dollar. Sur le marché obligataire, le taux allemand à 10 ans gagne près de 4 points de base. Le taux français augmente de 3,3 points de base. La monnaie unique est retombée après le début de la conférence de presse.

Les conditions économiques plaident en effet en faveur d’une politique monétaire moins accommodante. Malgré une inflation plus proche de 1 % que de l’objectif de 2 %, la croissance a atteint 2,5 % l’an dernier dans la zone euro.

Lors de la conférence de presse, le président de la BCE Mario Draghi a présenté les prévisions macroéconomiques de l’institut. En matière de croissance, la BCE anticipe 2.4 % en 2018 (contre 2.3 % lors d’une prévision de décembre), 1.9 % in 2019 (comme en décembre) et 1.7 % in 2020. Concernant l’inflation, la BCE prévoit 1.4 % pour 2018 (comme en décembre), 1.4 % en 2019 (contre 1.5 % auparavant) et 1.7 % in 2020.

L’institut d’émission a déjà commencé à réduire progressivement ses rachats d’actifs à 30 milliards d’euros par mois jusqu’en septembre 2018, contre 60 milliards auparavant.

Néanmoins, les récentes tensions sur le front de la guerre commerciale lancée par Trump ainsi que la montée des populistes aux élections italiennes , ont incité le président de l’institut à plus de prudence .

Mario Draghi a tout de même rappelé qu’« il y a une certaine inquiétude ou préoccupation sur l’état des relations internationales, parce que si vous adoptez des taxes contre [...] vos alliés, on peut se demander qui sont les ennemis ». Le président de l’institution gardienne de l’euro a soulevé le possible impact « sur les taux de change » ou « sur la confiance » économique d’une éventuelle bataille commerciale.

Trump adoucit sa position, les Bourses montent

Au même moment, le président des Etats-Unis a adouci sa position sur le protectionnisme : « Nous devons protéger et bâtir nos industries de l’acier et de l’aluminium tout en faisant preuve d’une grande flexibilité et de coopération avec ceux qui sont des vrais amis et nous traitent de manière équitable à la fois dans le commerce et la défense », a-t-il tweeté.

à suivre dans les Echos.fr

Retour
Contact / Plan du site / Mentions légales    © P.RO COM - 2012