Avec " Actualité et Propos de presse" , l’information, c’est au quotidien..., la “Lettre” est bimensuelle...
Accueil du site > ÉDITORIAL> Chômage et emploi : à propos de l’usage abusif des chiffres !

ÉDITORIAL

Chômage et emploi : à propos de l’usage abusif des chiffres !

Toutes catégories confondues, le nombre de sans emploi augmente… (Paolo Garoscio – Economie Matin)

novembre 2017


Qui doit-on croire ? Depuis des années, nos gouvernants ont toujours cherché à s’affranchir des soubresauts des chiffres du chômage. Le problème n’est pas nouveau. Il est permanent et cela n’est pas prêt de s’arrêter. A tel point que désormais on préfère prendre du recul et éviter de commenter mensuellement les chiffres du chômage communiqués par les organismes concernés, Insee, Pôle emploi et suivant le BIT. Après tout pourquoi pas, ce qui importe c’est de comprendre la tendance et de voir l’effet des solutions préconisées.

Mais encore faut-il être en mesure de communiquer et de commenter l’ensemble de tous les chiffres, toutes catégories confondues, concernant les chômeurs, demandeurs d’emploi et sans-emploi. C’est que nous propose Paolo Garoscio (Economie Matin) en nous aidant à mieux percevoir la réalité des chiffres.

Club Espace 21


Newsletter

Avec la courtoisie d’Economie matin


66100 chômeurs de plus en un an en septembre 2017


Arrêtez tout : le chômage est en baisse en septembre 2017. Du moins, si on en croit le gouvernement… la publication des chiffres de Pôle Emploi pour septembre 2017, le mardi 24 octobre 2017 dans la soirée, met en effet l’accent sur une baisse : le nombre de chômeurs de catégorie A est en baisse de 0,5 % sur un an et même de 1,8 % sur un mois. Mais le nombre de chômeurs baisse-t-il vraiment ?

Répartition du chômage (catégorie A) en France métropolitaine (09/17) - source : JDN


141 600 chômeurs de plus qui doivent chercher un emploi

Le gouvernement met l’accent sur un succès : une baisse du nombre de chômeurs de la catégorie A sur un mois (1,8%) et sur un an (0,5%). Du coup, en septembre 2017, on compte à Pôle Emploi 3,475 millions de chômeurs sans aucun emploi. 18 400 chômeurs de moins, donc, en un an. C’est pas mal… et puis on se félicite de ce qu’on peut.

Mais voilà, la publication de Pôle Emploi ne s’arrête pas là : elle nous dévoile qu’en réalité le nombre de chômeurs a tout simplement explosé sur un an. Prenons les catégories A, B et C, par exemple, soit les chômeurs qui sont tenus de chercher un emploi. Le nombre des effectifs dans ces trois catégories, les plus importantes, a grimpé de 141 600 personnes.

Répartition des demandeurs d’emploi en France par catégorie (09/17) – source : JDN


Entre septembre 2016 et septembre 2017 il y a 141 600 personnes de plus dans les listes de Pôle Emploi qui doivent chercher un travail. Une augmentation de 2,6 % en un an et de 1 % sur trois mois.

Le nombre total de chômeurs augmente également

On pourrait penser que les 141 600 personnes qui se sont rajoutées dans les listes A, B et C de Pôle Emploi ne viennent que des catégories D et E. Ces catégories sont celles des chômeurs sans emploi non tenus de chercher un travail (formation, maladie…) et des inscrits à Pôle Emploi ayant un travail. Malheureusement, ce n’est pas le cas.

Nombre de demandeurs d’emploi suivant l’ancienneté au chômage (09/17) – source : JDN


Si ces deux catégories sont en baisse sur un an (16,4 % pour la catégorie D et 5 % pour la catégorie E) les effectifs qui se sont retirés de ces listes ne suffisent pas à compenser la hausse dans les catégories A, B et C. En fait, les catégories D et E n’ont perdu que 75 500 personnes en un an, soit un peu plus de la moitié du nombre de nouveaux inscrits à Pôle Emploi sur la même période.

66 100 inscrits à Pôle Emploi de plus en un an

Si le gouvernement préfère mettre en avant la baisse de la catégorie A, les chiffres sont clairs : le nombre d’inscrits à Pôle Emploi a augmenté en un an. La France compte désormais 6 299 100 chômeurs (septembre 2017) contre 6 233 400 en septembre 2016. 66 100 personnes de plus ont rejoint les listes de Pôle Emploi, soit une hausse de 1,1 % en un an.

Paolo Garoscio

Cet article a été publié dans Economie Matin

Retour
Contact / Plan du site / Mentions légales    © P.RO COM - 2012