Avec " Actualité et Propos de presse" , l’information, c’est au quotidien..., la “Lettre” est bimensuelle...
Accueil du site > ÉDITORIAL> Pacte de Stabilité et Croissance (PSC) : 4,5 milliards d’euros à (...)

ÉDITORIAL

Pacte de Stabilité et Croissance (PSC) : 4,5 milliards d’euros à trouver…

Un objectif à atteindre pour rentrer dans les clous ! (Paolo Garoscio - Economie Matin)

juillet 2017


Qui n’a pas entendu parler de la règle des 3% de déficit à respecter annuellement pour satisfaire le Pacte de Stabilité dans la zone euro ? A ce propos nous avons eu l’occasion de faire une mise au point dans un article « L’UE et l’euro : comprendre avant de réagir ». L’ensemble des pays est rentré progressivement dans le jeu. Pour y parvenir en 2017, la France se doit de trouver la somme de 4,5 milliards d’euros. Plutôt que de mettre officiellement les citoyens à contribution, le gouvernement a préféré faire des économies.

Tous les ministères sont concernés. Les principaux qui seront touchés, sont la Défense, l’Intérieur et l’Education. Le fait de vouloir commencer à satisfaire par ailleurs certaines promesses électorales de réductions d’impôts complique l’exercice. C’est pourquoi, le gouvernement envisage de vendre pour 10 milliards d’euros ses participations dans de grands groupes (Orange, Renault, Safran, etc.). Mais déjà retournons à l’essentiel. Voilà comment Paolo Garoscio, nous en précise les données.

Club Espace 21


Newsletter

Avec la courtoisie d’Economie matin


Déficit : 3 % fin 2017 avec des économies sur le budget de l’Etat


La France doit réaliser 4,5 Md€ pour rentrer dans les clous du Pacte de Stabilité. Le gouvernement le sait, Bruxelles le lui a répété : il n’a pas le droit à l’erreur. Si fin 2017 le déficit public de la France n’est pas en conformité avec le Pacte de Stabilité, soit de 3 % ou moins, l’amende qui lui pend au nez depuis des années lui sera bien infligée. L’équipe d’Emmanuel Macron a donc décidé de s’y tenir.

Edouard Philippe, le premier ministre, devant l’Assemblée – source : Libération


Un déficit dans les clous mais plus élevé que prévu

Selon la Cour des Comptes, à politique inchangée le déficit de la France sera de 3,2 % à la fin de l’année 2017. Trop élevé pour le gouvernement qui avait promis que la France aurait un déficit de 2,8 % voire 2,7 % à la fin de l’année. C’était la promesse de l’équipe de François Hollande qu’Emmanuel Macron avait réitérée.

Prévisions de déficit présentées devant la Commission européenne – source : euronews.com


Au final, le gouvernement aurait changé d’avis : il ne va pas tenir sa promesse mais ne va pas fâcher Bruxelles. Le nouvel objectif pour 2017 est de 3 % tout pile. Assez pour que la Commission Européenne ne puisse pas donner d’amende à la France mais également assez pour que les économies nécessaires pour y parvenir soient gérables.

Des baisses prévues uniquement sur le budget de l’État ?

Gérard Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes Publics, a déclaré dans un entretien accordé au journal Le Parisien et publié le 11 juillet 2017 que ce sera l’État qui fera le plus gros des efforts. Au total, la France doit réaliser 4,5 milliards d’euros d’économies pour que le déficit public soit de 3 %.

Prévisions de croissance présentées devant la Commission européenne – source : euronews.com


Le gouvernement, qui peut tout de même compter sur une croissance attendue en hausse en 2017 à 1,6 % par la Banque de France, prévoit des économies sur les parcs de voiture, les projets et les appels d’offres et, en un sens, tous les ministères.

« Ni les collectivités locales, ni la sécurité sociale ne seront mises à contribution » a déclaré au Parisien le ministre.

Paolo Garoscio

Cet article a été publié dans Economie Matin

Retour
Contact / Plan du site / Mentions légales    © P.RO COM - 2012