Avec " Actualité et Propos de presse" , l’information, c’est au quotidien..., la “Lettre” est bimensuelle...
Accueil du site > PROPOS DE PRESSE > Juin 2017> Climat : Donald Trump annonce le retrait des Etats-Unis de l’accord de (...)

Juin 2017

Climat : Donald Trump annonce le retrait des Etats-Unis de l’accord de Paris

juin 2017


Du 02/06/17 pour Le Monde

Cet accord fait partie de l’héritage de Barack Obama que Donald Trump a promis de défaire pendant la campagne électorale, au nom de la défense des emplois américains.

Le président Donald Trump a annoncé jeudi 1er juin une sortie des Etats-Unis de l’accord de Paris sur le climat, au risque de provoquer une onde de choc mondiale pour les 194 autres pays signataires de ce texte historique. Après des semaines d’atermoiements, l’homme d’affaires septuagénaire tient ainsi une de ses promesses de campagne, au nom de la défense des emplois américains.

« Afin de remplir mon devoir solennel de protection de l’Amérique et de ses citoyens, les Etats-Unis se retireront de l’accord de Paris sur le climat », a annoncé Donald Trump depuis la roseraie de la Maison Blanche, sous les applaudissements. Il a redit qu’il ne « voulait rien qui puisse se mettre en travers » de son action pour redresser l’économie de la première puissance mondiale. « Je ne peux pas, en conscience, soutenir un accord qui punit les Etats-Unis (…). J’ai été élu pour représenter les habitants de Pittsburgh, pas de Paris », a-t-il insisté, ajoutant que son pays était prêt à négocier un nouvel accord climat.

Donald Trump s’était engagé à abandonner un accord multilatéral scellé fin 2015 dans la capitale française et voulu par son prédécesseur Barack Obama, qui vise à limiter la hausse de la température moyenne mondiale. Ce dernier a aussitôt jugé dans un communiqué que son successeur « rejetait l’avenir ».

Preuve de son caractère sensible, cette décision n’a cessé d’être repoussée. Au moins deux réunions présentées comme décisives ont été annulées en avril et en mai dans une Maison Blanche soumise à la pression de deux camps opposés.

Une décision saluée par son camp

Les alliés républicains du président Donald Trump ont applaudi jeudi sa décision de se retirer de l’accord de Paris sur le climat. Leur base électorale n’en attendait pas moins. Selon un sondage YouGov réalisé pour le Huffington Post en mai, 46 % des électeurs de Donald Trump étaient favorables à un retrait de l’accord, et 22 % n’avaient pas d’opinion. A l’inverse 92 % des électeurs d’Hillary Clinton souhaitaient que les Etats-Unis y restent.

« En se retirant de ces objectifs inatteignables, le président Trump a réitéré son engagement à protéger les familles de la classe moyenne et les ouvriers du charbon », a déclaré Mitch McConnell, le chef du Sénat qui vient du Kentucky. Même son de cloche pour le président de la Chambre des représentants, Paul Ryan, pour qui l’accord de Paris était « une mauvaise affaire ».

De l’autre côté de l’échiquier politique, c’est la déconvenue. Le chef de la diplomatie américaine sous Barack Obama, John Kerry, l’un des artisans de l’accord de Paris, a tonné dans un communiqué contre un « renoncement sans précédent au leadership de l’Amérique que l’on va payer en termes d’influence » internationale. M. Kerry, partisan d’un engagement fort de la première puissance mondiale dans le concert des nations, a souligné que la sortie de l’accord climat « isol [ait] les Etats-Unis après que nous avons uni le monde » lors de la signature de ce texte dans la capitale française.

Au Congrès, les démocrates ont également dénoncé un « revirement scandaleux du leadership mondial de l’Amérique », selon les mots amers du sénateur de la commission des affaires étrangères, Ben Cardin.

Les gouverneurs démocrates des puissants Etats de New York, Washington, et de la Californie, qui représentent un cinquième de la population américaine, ont décrété une « alliance pour le climat ». Ensemble, ils sont « déterminés à atteindre l’objectif américain de réduction de 26 à 28 % des émissions de gaz à effet de serre » par rapport à 2005, a promis le gouverneur de New York, Andrew Cuomo.

L’alliance, assurent les trois Etats, devrait servir de « forum pour soutenir et renforcer les programmes existants contre le changement climatique » ou encore « mettre en oeuvre de nouveaux programmes de réduction des émissions de carbone ».

Pas de sortie effective du traité avant 2020

De nombreuses voix, sur la scène internationale – notamment la Chine et l’Union européenne –, dans le monde des affaires et au sein même de son administration, l’ont appelé à revoir sa position, rappelant ces derniers jours l’urgence d’agir face au réchauffement en cours.

Climatosceptique revendiqué, M. Trump devra désormais s’armer de patience. Un pays souhaitant dénoncer l’accord doit patienter trois ans à compter de son entrée en vigueur (intervenue le 4 novembre 2016), puis respecter un préavis d’un an avant de s’en libérer effectivement, précise l’article 28 du document. Les Etats-Unis pourront donc sortir de l’accord en novembre 2020… au moment de la prochaine présidentielle américaine.

Les Etats-Unis sont le deuxième émetteur mondial de gaz à effet de serre, derrière la Chine. La portée de cette décision ira, de fait, bien au-delà de la question climatique ; elle donnera une indication sur la place que les Etats-Unis entendent occuper sur la scène internationale dans les années à venir. A l’approche de l’allocution présidentielle, la Chine et l’Union européenne sont montées au créneau pour défendre l’accord qui vise à contenir la hausse de la température moyenne mondiale « bien en deçà » de 2 °C par rapport à l’ère préindustrielle.

a suivre dans Le Monde

Retour
Contact / Plan du site / Mentions légales    © P.RO COM - 2012